article abonné offert

SAINT-HUBERT

«Si on ne rouvre pas l’horeca le 1er mai, il y aura de la violence»

«Si on ne rouvre pas l’horeca le 1er mai, il y aura de la violence»

Charles Piette est désespéré. Il a écrit au Premier ministre. «Des collègues n’ont plus les moyens de manger», affirme-t-il. -

Charles Piette, restaurateur à Poix a écrit au 1er ministre. Il dit que de ses collègues n’ont plus les moyens de manger.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 23 des 1082 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?