BRUXELLES

VIDÉO | Fausse boum Bois de la Cambre: au moins 22 arrestations et des dizaines de policiers blessés

Le faux festival «La Boum» a bel et bien réuni des centaines et des centaines de personnes ce jeudi en fin de journée dans le Bois de la Cambre. Sur place depuis 17h00, la police a employé les grands moyens pour évacuer les lieux.

Plusieurs dizaines de policiers, sept chevaux de la police et huit manifestants ont été blessés jeudi lors de l’évacuation du bois de la Cambre, selon le dernier bilan de la soirée donné par la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere. Il y a eu en outre 22 arrestations, dont 18 administratives et quatre judiciaires. Un bilan définitif sera communiqué vendredi en fin de matinée.

 

 

La porte-parole a tout du moins déjà dénombré 26 blessés parmi les policiers sur base de données qui lui sont parvenues, mais ce nombre ne constitue pas le total définitif. De nombreuses bouteilles de verre ont été jetées vers des policiers. Au moins un, touché à la tête, a été transporté à l’hôpital. Ses jours n’étaient pas menacés.

Parmi les participants au rassemblement, huit ont été blessés. Parmi eux, deux ont reçu des soins sur place et deux blessés légers ont été emmenés à l’hôpital. Les blessures ne sont pas toutes liées à l’intervention policière. Il y a par exemple un participant qui a été heurté par une barre de fer lancée par un autre «fêtard».

Plusieurs personnes ont été emmenées à l’hôpital, mais il n’y a pas de signalement pour des blessés graves jusqu’à maintenant.

De plus, les vitres d’une camionnette de police et le pare-brise d’un camion de la cavalerie ont été cassés. Plusieurs voitures de police ont encore été endommagées. Certains de leurs pneus ont été crevés.

L’événement La BOUM avait été posté sur les réseaux sociaux pour proposer aux internautes de se rendre à un faux festival de musique organisé gratuitement dans le bois de la Cambre. La police de Bruxelles-Ixelles a ouvert une enquête pour identifier les organisateurs.

«Les gens ont besoin de prendre l’air, mais on ne peut pas tolérer de tels rassemblements dans le bois de la Cambre après avoir observé encore cette après-midi avec le directeur de Saint-Pierre les efforts fournis au centre de vaccination pour combattre ce virus», a tweeté le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS). «Nous avons donc évacué le bois. Les personnes qui n’obtempèrent pas aux injonctions de la police risquent l’arrestation et des poursuites.»

Des agents à pied et à cheval ont été mobilisés pour disperser la foule. La police a utilisé le canon à eau et a eu recours au soutien de drones et de l’hélicoptère.

«On a prévenu à plusieurs reprises les gens qu’on allait les disperser», explique Ilse Van de keere. «Les chiens de la brigade canine et les cavaliers étaient en seconde ligne, derrière les rangées de policiers d’intervention. L’arroseuse a été utilisée à plusieurs reprises, parce que les gens revenaient. On a dû faire la même manoeuvre à plusieurs reprises». Deux petits groupes étaient encore signalés vers 21h15.

 

 

La police locale estime qu’il y avait entre 1 500 et 2 000 personnes rassemblées au bois de la Cambre dans l’après-midi, ce qui contrevenait aux mesures sanitaires.

Hier mercredi, le parquet de Bruxelles avait prévenu que l’appel lancé sur les réseaux sociaux à rallier ce parc le 1er avril pour une fête était illégal en raison des restrictions anti-Covid.

Le parquet avait déploré l’organisation d’ «un faux événement intitulé ‘La Boum’», avertissant que les participants s’exposaient à des poursuites judiciaires, «vu les risques engendrés par les grands rassemblements».

«J’étais simplement là pour dire qu’on a le droit de fréquenter un lieu public, pas pour manifester», a dit un des participants, Selim Jebira, «et on s’est fait gazer sans aucune raison».

Des images montraient des groupes de jeunes gens en train de chanter, danser, se filmant au téléphone portable.

«Les gens ont besoin de prendre l’air, mais on ne peut pas tolérer de tels rassemblements dans le bois de la Cambre après avoir observé encore cette après-midi avec le directeur de Saint-Pierre les efforts fournis au centre de vaccination pour combattre ce virus», a réagi sur Twitter le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close.

«Les personnes qui n’obtempèrent pas aux injonctions de la police risquent l’arrestation et des poursuites. Merci à la police pour le travail difficile et aux gens qui respectent les règles depuis plus d’un an», a ajouté l’élu socialiste.

Relisez notre direct



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos