BELGIQUE

Wallonie, Flandre et Bruxelles plein pot contre la fraude au filtre à particules: «Empêcher le shopping entre centres d’inspection»

Wallonie, Flandre et Bruxelles plein pot contre la fraude au filtre à particules: «Empêcher le shopping entre centres d’inspection»

Certains conducteurs préfèrent retirer le filtre à particules plutôt que de l’entretenir ou le remplacer. Ça risque désormais de leur coûter cher. BELGA

Les particules des moteurs provoquent 7.600 décès prématurés par an en Belgique. Les Région s’unissent donc pour lutter contre la fraude au filtre. Les centres d’inspection vont se moderniser: d’ici 2022, toute fraude au FAP y sera détectée. La Belgique se dit «pionnière en Europe».

Les 3 régions du pays annoncent ce mercredi 31 mars une collaboration pour une lutte davantage concertée contre la fraude au filtre à particules des véhicules diesel. L’idée n’est pas neuve: on l’annonce depuis 2018 au moins. La voici attendue pour 2022.

«Les inspections automobiles ne sont pas capables d’identifier l’absence de filtre ou un filtre endommagé: ça va changer», prévient un communiqué commun des ministres régionaux de la sécurité routière Lydia Peeters (Open Vld, Région flamande), Valérie De Bue (MR, Région Wallonne) et Elke Van den Brandt (Groen, Région Bruxelloises).

«Au plus tard le 1er juillet 2022», un test de compteur de particules sera implémenté dans le contrôle technique des véhicules belges. Les autorités se disent ainsi «pionnières en Europe dans la lutte contre la fraude au filtre à particules».

D’abord l’Euro 5b et plus récent

Concrètement, les centres d’inspections s’équiperont «rapidement» pour vérifier «spécifiquement» la fraude au filtre à particules. Ce sont les véhicules et fourgons diesel de la norme Euro 5b «et plus récents» qui seront les premiers contrôlés. Mais à terme, les ministres étendront la mesure aux camions, bus et véhicules à essence.

Le carton rouge sera brandi «lorsqu’un véhicule émet plus d’un million de particules par cm3». La conclusion dans ce cas, c’est que le filtre à particules est défectueux ou enlevé. «Il doit être remplacé dans les 14 jours». Ensuite, retour au centre d’inspection. à l’inverse, la carte verte est délivrée «au véhicule qui émet moins de 250.000 particules par cm3». Entre les deux, le propriétaire reçoit «un avertissement». Ces valeurs ne sont pas figées: elles seront réévaluées «dans les 2 ans».

Pourquoi retirer le filtre? Pourquoi lutter contre la fraude?

Certains conducteurs retirent volontairement le filtre à particules. En effet, l’encrassage du filtre rendrait la voiture moins nerveuse et pousserait à une consommation plus importante. De plus, la réparation de cette pièce, lorsqu’elle est défectueuse, coûte cher. Le phénomène de colmatage est particulièrement courant sur les diesels qui effectuent de nombreux trajets courts en ville, à des régimes moteur peu élevé.

Si les régions se concentrent sur «les fraudeurs qui retirent délibérément le filtre à particules de leur véhicule diesel», c’est que l’opération, bonne pour le portefeuille et la santé du véhicule, libère aussi une quantité énorme de suie non filtrée. Or, «cette principale particule fine libérée lors de la combustion du diesel est particulièrement toxique, car elle pénètre profondément dans les poumons», notent les ministres. «Classées cancérigènes par l’OMS, elles provoquent annuellement 7.600 décès prématurés en Belgique».

Elles l’ont dit: «Empêcher le shopping»

Les autorités régionales se félicitent de cette collaboration. «Nous n’avons pas décidé de renforcer la lutte contre la fraude du jour au lendemain. Nous avons consulté les autres régions et demandé conseil à l’Europe», assure Lydia Peeters, Ministre flamande de la Mobilité (Open Vld).

Elke Van den Brandt, Ministre bruxelloise de la Mobilité (Groen), ajoute que «cette approche commune empêche le shopping entre les inspections automobiles».

Enfin, Valérie De Bue, Ministre wallonne de la Sécurité routière (MR), prévient: «Les véhicules intègrent de plus en plus d’évolutions technologiques. Le contrôle technique anticipe ces évolutions et se modernise».