LIBRAMONT – BASTOGNE

Laurel et Hardy à Libramont, «Cockpit» à Bastogne, nos bons plans pour vos chocolats de Pâques

Le chocolat à Pâques, c’est sacré. Mais pourquoi ne pas innover?

À Libramont, la Pause Chocolat Thé est à présent habituée à la crise sanitaire et au confinement. «Depuis un petit temps, nous avons placé un distributeur de chocolats devant notre magasin, ce qui permet de désengorger celui-ci explique Alan Baggen le gérant de la boutique. D’ailleurs, le distributeur marche pas mal depuis sa mise en fonctionnement. Nous avons également aménagé notre site internet en système Click and Collect, ce qui permet aux gens de faire leurs achats pour les fêtes de Pâques. Mais notre magasin reste bien entendu ouvert puisqu’il fait partie des commerces essentiels.»

Pour Pâques, l’enseigne a voulu proposer deux lapins en chocolat appelés Covid et Corona. «Mais suite au confinement, nous les avons rebaptisés Laurel et Hardy, souligne le gérant. En effet, nous pensons que les gens n’ont pas la tête à rire du contexte actuel. Si la crise était derrière nous, la donne aurait été différente».

Depuis la Saint-Nicolas, l’entreprise libramontoise a bien repris les ventes. «On constate que les gens préfèrent privilégier les commerces de proximité depuis quelques mois», se réjouit le gérant.

Ici, on a bien travaillé pour préparer la fête de Pâques et les ventes devraient être prometteuses. «Néanmoins, avec toutes les nouvelles mesures, les clients ne savent pas toujours quels commerces sont ouverts. On verra bien mais nous sommes confiants» conclut A. Baggen.

Chez Pierre Plas, à Bastogne, les ventes sont correctes

Pierre Plas gère la chocolaterie du même nom en plein cœur de Bastogne avec l’aide de son épouse. Pour Pâques, le chocolatier propose une pièce en chocolat appelé «Cockpit», un coq en chocolat aux allures d’aviateur avec les accessoires comme le casque ou les lunettes. «Nous avons voulu proposer quelque chose qui sorte de l’ordinaire explique le gérant. Les ventes de Pâques ont bien débuté ce week-end mais ce début de semaine est calme. Nous recevons beaucoup de coups de téléphone pour savoir si notre commerce est ouvert; les gens ne s’y retrouvent guère dans ce confinement.»

L’année passée, le couple avait fermé la boutique durant le confinement, ne sachant pas si leur commerce était essentiel ou non. «Cette fois, nous sommes bien ouverts et les ventes sont correctes. Nous vendons nos articles uniquement via la boutique. En étant seulement deux, ce n’est pas évident de proposer du Click and Collect par exemple. Notre page Facebook est régulièrement tenue à jours pour garder un visuel. Pour ces fêtes de Pâques, nous sommes confiants. Nous avons pas mal de stock et les gens ont moins peur de ce virus; contrairement à l’année dernière, ces derniers osent donc plus sortir», remarque le chocolatier.


Nos dernières videos