POLITIQUE – ÉCONOMIE

Grève nationale: les écologistes demandent que le gouvernement répartisse lui-même l’enveloppe bien-être

Grève nationale: les écologistes demandent que le gouvernement répartisse lui-même l’enveloppe bien-être

«Tout le monde veut une augmentation des allocations sociales», assure la députée Cécile Cornet. BELGA

Les écologistes demandent que le gouvernement reprenne la main dans la répartition de l’enveloppe bien-être, paralysée en raison du blocage entre les partenaires sociaux sur la marge salariale dans le cadre de la négociation d’un accord interprofessionel.

«Ce sont deux dossiers différents mais l’un rame parce que l’autre est bloqué. Tout le monde veut une augmentation des allocations sociales. Le gouvernement doit prendre une décision et le ministre de l’Emploi doit faire une proposition de répartition. Scinder les deux dossiers permettra en outre de rendre un espace de négociation aux partenaires sociaux», a expliqué la députée Cécile Cornet.

L’accord sur l’enveloppe bien-être est attendu depuis le 15 septembre. Il doit permettre une revalorisation des minima sociaux mais les représentants patronaux refusent d’avancer sur ce dossier tant qu’il n’y a pas d’accord avec les syndicats sur la marge salariale.

«Rien n’empêche aujourd’hui le gouvernement d’intervenir», a dit de son côté la présidente de Groen, Meyrem Almaci.

 

L’accord de gouvernement ne prévoit pas de réformer la loi de 1996 sur la compétitivité des entreprises mais…

 

Les Verts plaident pour l’utilisation de circulaires afin de permettre des augmentations salariales là où c’est possible. «L’accord de gouvernement ne prévoit pas de réformer la loi de 1996 sur la compétitivité des entreprises mais il dit que l’on peut utiliser le moyen des circulaires pour donner de l’air là où c’est possible, dans les secteurs qui ont enregistré de bons résultats. La crise a touché de façon très différenciée les secteurs d’activité. Cela n’a pas de sens à appliquer la même règle dans des secteurs où les résultats sont bons, où l’on distribue même des dividendes», a ajouté Mme Cornet.

Les Verts souhaitent également que la compétitivité des entreprises ne se limite pas à la question des salaires. D’autres facteurs doivent être pris en compte, estiment-ils: la formation, l’investissement ou les efforts consentis pour réduire l’écart de salaires entre les hommes et les femmes qui pourraient être immunisés pour calculer la marge salariale.