RÉGION VERVIÉTOISE

La grève nationale paralyse aussi notre région

Depuis ce lundi matin, la CSC et la FGTB sont mobilisées dans la région verviétoise pour faire entendre leur ras-le-bol. Les deux organisations syndicales ont notamment fait escale chez Emerson, à Welkenraedt, et chez Spa Monopole.

Ce lundi matin, c’est un climat de grève nationale qui plane sur la région verviétoise aussi. À l’appel de la CSC et de la FGTB, de nombreux secteurs sont à l’arrêt ou fortement perturbés.

Pour rappel, le nœud du problème pointé du doigt par les syndicats concerne la négociation de l’accord interprofessionnel 2021 et 2022. Les employeurs refusent en effet une hausse des salaires qui va au-delà de 0,4% (en plus de l’indexation annuelle). Une aberration et un manque de respect envers les travailleurs qui sont notamment empêtrés dans une crise sanitaire sans précédent, dénoncent la CSC et la FGTB.

Du côté du TEC Liège-Verviers, c’est la paralysie quasiment complète. Ne comptez donc pas sur ce moyen de transport ce jour. Les perturbations sont moindres sur le rail mais mieux vaut prendre ses précautions et ses renseignements avant de se rendre à la gare. Les entreprises tournent aussi au ralenti ou sont carrément à l’arrêt. Chez nous, deux d’entre elles ont été prises pour exemples par les organisations syndicales: Emerson, à Welkenraedt, et Spa Monopole.

Aux quatre coins de la région, le ras-le-bol s’exprime soit par de la «télé-grève», soit par des piquets symboliques devant les entreprises, soit par des piquets physiques en mode règles sanitaires. Vu la crise, pas question de penser à se rassembler en masse ou à manifester.

En début d’après-midi, pour faire bouger les lignes politiques, la CSC se fera entendre au siège du Parlement de la Communauté germanophone, à Eupen.

Découvrez également les réactions syndicales dans notre édition papier de demain, mardi.