CORONAVIRUS

Comeos mécontent des mesures: «80.000 magasins déjà en difficulté vont perdre leur temps»

Comeos mécontent des mesures: «80.000 magasins déjà en difficulté vont perdre leur temps»

- BELGA

Les mesures décrétées pour les commerces coûteront cher à la société et entraîneront également d’énormes pertes pour les commerces dits non essentiels, selon Comeos.

La fédération du commerce et des services Comeos a manifesté vendredi son mécontentement face aux mesures décrétées par le comité de concertation. Celles-ci stipulent que seuls 50 clients sont autorisés dans les magasins, quelle que soit leur taille, et que les commerçants doivent également tenir un registre des membres du personnel ne pouvant pas télétravailler. «Quatre-vingt mille magasins qui sont déjà en difficulté vont maintenant perdre leur temps à cause de ces mesures qui n’ont aucun sens», fustige le patron de l’organisation, Dominique Michel, après la publication de l’arrêté ministériel.

«Nous avions espéré que cette mesure ne serait pas nécessaire pour les entreprises telles que les magasins ou les entrepôts, pour lesquelles il est évident que personne ne peut travailler à domicile», déplore-t-il.

L’organisation dit également ne pas comprendre la raison pour laquelle un maximum de 50 personnes sont autorisées dans un commerce, alors que de grands magasins accueillaient normalement 200 à 400 personnes auparavant. «Si vous prenez un très grand magasin, un client aura maintenant 400 mètres carrés pour lui. C’est comme s’il disposait de l’Ancienne Belgique pour lui tout seul, c’est absurde», pointe M. Michel.

L’effet, selon le patron de l’organisation, est que de nombreux commerces travailleront avec moins de personnel, laissant des employés temporairement sans emploi. Ce qui coûtera cher à la société et entraînera également d’énormes pertes pour les commerces dits non essentiels.

Comeos se réjouit néanmoins que les magasins puissent décider eux-mêmes de la manière dont ils organiseront les rendez-vous.

L’organisation s’attend à ce que la plupart des commerces aient mis en place un système de réservation efficace dès samedi matin, bien que la décision ministérielle n’ait été publiée que vendredi en fin d’après-midi.