AMAY

Camille (9 ans) ramasse 400 canettes et écrit au bourgmestre

Camille (9 ans) ramasse 400 canettes et écrit au bourgmestre

Camille et toute la famille Jeunechamps espèrent avoir moins de canettes à ramasser. Heymans

Dans sa lettre au bourgmestre, Camille ne se contente pas de regretter ces incivilités, elle vient aussi avec des propositions.

C’est le genre de lettre qu’un bourgmestre aimerait recevoir plus souvent… Jean-Michel Javaux a été touché par celle que Camille Jeunechamps, une petite Amaytoise âgée de 9 ans, lui a écrite de sa main pour le sensibiliser à la problématique des cannettes usagées jetées sur la voie publique. «Elle est cosignée par son petit frère et ses parents, mais on sent qu’elle l’a écrite elle-même. C’est très touchant», confie le bourgmestre d’Amay.

Comme d’autres citoyens amaytois qui, Covid «aidant», ont fait de la marche ou du jogging une activité régulière pour s’aérer, Camille en profite pour ramasser les détritus laissés sauvagement sur le tracé de ses sorties familiales. Depuis le 25 décembre, elle a ainsi libéré la nature amaytoise de 400 canettes usagées! «Majoritairement des canettes de bières et de boissons énergisantes, détaille Camille en pointant quelques endroits sensibles comme le pont rue de l’Arbre et les abords du RFC Jehay. Dès qu’il n’y a pas d’habitation, les bords de route sont de véritables cimetières de cannettes. Mon frère Aurélien (6 ans) et moi sommes sidérés de voir une telle situation. Nous en avons marre des gens indisciplinés qui prennent la commune pour une poubelle!»

Des panneaux aux endroits sensibles

Heureusement, ces agissements sont à mettre à l’actif d’une minorité d’Amaytois face à laquelle d’autres se mobilisent pour essayer de garder leur environnement propre (Amay’Propre, les scouts, les Natural Born Cleaner). «Le service Environnement de la Commune fournit d’ailleurs des pinces et des gants à des marcheurs qui, comme Camille, ont pris l’habitude de ramasser les déchets qu’ils croisent sur leur parcours. On a aussi un monsieur qui fait le tour du lac de la Gravière chaque semaine. Il a pour habitude de laisser dans un coin les détritus qu’il a ramassés et nos services passent les chercher, évoque Jean-Michel Javaux. Ce qui est très sympa, c’est que Camille ne se contente pas de manifester son indignation. Elle vient aussi avec des propositions!»

On citera notamment le placement de panneaux d’information aux endroits sensibles «pour dire aux gens d’arrêter de jeter leurs déchets par terre et les sensibiliser aux conséquences environnementales de leurs dépôts». Camille et sa famille ont même quelques slogans à proposer: “Si t’es un homme, ne jette pas tes cannettes en aluminium”, “Fais fonctionner ton cerveau avant de jeter dans le caniveau”…

«La mettre en valeur»

Camille propose également une campagne de nettoyage dans les écoles avec les enfants qui sensibiliseront ainsi leurs parents. «Les écoles travaillent déjà sur ces questions», rassure le bourgmestre également attentif aux autres propositions même si, comme il le précise dans sa réponse à sa jeune correspondante, elles ne relèvent pas du champ d’action des communes (la soumission des canettes à une caution et l’inscription “Ne pas jeter sur la voie publique”). Avec l’accord de ses parents, on a décidé de publier la lettre de Camille sur la page Facebook de la Commune pour la mettre en valeur et la soutenir car chaque génération est sensible à la défense de sa planète. Le but est de sensibiliser ceux qui polluent, peut-être donner envie à d’autres citoyens d’emboîter le pas de Camille mais sans pour autant se substituer au travail de la Commune qui assume sa part de boulot en la matière.» Et de citer la machine à réceptionner les cannettes abandonnées, au service Environnement en projet pilote avec la Commune de Nandrin.


Nos dernières videos