CLIMAT

«Après le corona, une crise encore plus grande»: les jeunes de retour en rue pour le climat

La manif de ce 19 mars était la première depuis longtemps pour Youth For Climate. Une banderole a été dépliée rue de la Loi sur laquelle des slogans ont été inscrits. BELGA

Les jeunes belges sont redescendus dans la rue de la Loi ce 19 mars: pour la première fois depuis longtemps, Youth For Climate les invitait à manifester pour faire prendre conscience de l’urgence climatique.

Une centaine de jeunes activistes de Youth for Climate et différentes autres organisations ont appelé ce vendredi 19 mars à davantage d’action politique dans le combat contre la crise climatique. Ils se sont rassemblés au début de la rue de la Loi à Bruxelles. Une banderole portant le slogan «Another World is Possible» a été dépliée sur laquelle des phrases exigeant des réactions des dirigeants ont été inscrites.

Il s’agit de la première manif organisée par Youth For Climate depuis la 2e vague du coronavirus en Belgique. Elle prend cours dans la 7e grève pour le climat organisée à l’échelle mondiale par «Fridays for Future». Des associations comme Les grands-parents pour le climat, Rise for Climate, Extinction Rebellion ou Amnesty ont apporté leur soutien aux jeunes.

«Il faut des actions sans précédent»

«Après le corona, une crise encore plus grande»: les jeunes de retour en rue pour le climat
Anuna De Wever rappelle l’urgence en compagnie d’un dino. BELGA
Ce rassemblement, le premier depuis longtemps en raison des restrictions dues au virus, réjouit l’emblématique porte-parole de Youth For Climate Anuna De Wever. Elle s’empresse aussi de rappeler l’urgence de cette cause, aujourd’hui masquée par la crise sanitaire. «On doit se rendre compte qu’après le corona, une autre crise encore plus grande se déroulera, que nous ne pourrons combattre qu’ensemble. Un changement de système est nécessaire, comme davantage de solidarité, mais aussi des actions sans précédent de nos politiciens», plaide la jeune femme.

Et d’enfoncer le clou: «Nous perdons chaque jour un peu plus de temps, alors que les politiciens ne prennent pas la crise climatique au sérieux. La politique actuelle accorde encore trop peu d’attention à la science, nos objectifs climatiques sont dans le rouge, il n’y a pas de loi climat ni de comité climatique indépendant», énumère l’activiste, entourée de ses pairs.