publireportage

Les panneaux photovoltaïques, plus rentables que jamais

Les panneaux photovoltaïques, plus rentables que jamais

shutterstock

En 2018, les primes et certificats verts étaient supprimés. L’intérêt pour les panneaux photovoltaïques avait alors drastiquement chuté. Pourtant, ils sont aujourd’hui plus intéressants que jamais : meilleur marché, plus technologiques et amortis en six ans, ils ont tout bon ! Entretien avec Delphine Rouhard, cogérante d’Électro Rouhard.

Delphine Rouhard, comment se porte aujourd’hui le marché du photovoltaïque après la suppression des primes et certificats verts ?

Il y a quelques années, dès qu’un incitant régional disparaissait, l’engouement pour les panneaux photovoltaïques s’effondrait. Des entreprises fermaient leurs portes dans la foulée. Aujourd’hui, nous avons retrouvé une certaine stabilité car les prix sont attractifs en continu et stables depuis trois ans. Nous nous trouvons désormais au même niveau qu’au temps des primes et certificats verts : après six ans, les panneaux solaires sont amortis, sur une base de 14 panneaux, qui représentent une bonne moyenne pour une famille standard. A partir de la septième année, on ne paie donc plus rien ! Par ailleurs, la taxe prosumer, qui est basée sur la puissance des onduleurs, est prise en charge par la Région wallonne jusqu’en 2023. C’est donc le bon moment pour en profiter !

Combien coûte aujourd’hui une installation standard de panneaux photovoltaïques pour une famille de quatre personnes ?

Une installation moyenne compte 14 panneaux produisant 5 000 kilowatts par an. Le budget est approximativement de 6 300 € TVAC (TVA de 6%). Sachant que la consommation électrique moyenne s’élève 1 000 €/an, l’investissement est rentabilisé après six années.

Existe-t-il des conditions techniques minimales pour la pose de panneaux photovoltaïques ?

L’exposition plein Sud est la plus appropriée, mais on peut aussi les placer à l’Est et à l’Ouest. Si seule l’orientation Nord est accessible, on peut alors installer les panneaux photovoltaïques dans le jardin sur une structure sur pied bétonnée dans le sol et orientée de façon optimale. Une petite tranchée est dans ce cas réalisée jusqu’à la maison pour amener l’électricité produite. Cette alternative est également favorisée dans certaines situations particulières, par exemple une maison de maître au toit revêtu d’ardoises qui souhaite ne pas être dénaturée. L’inclinaison de la toiture idéale est quant à elle en moyenne de 35%. Nous plaçons aussi des panneaux sur des toits plats, grâce à une structure inclinée à 15% que nous installons nous-mêmes.

Quelles ont été les avancées technologiques de ces dernières années ?

Lorsqu’on a commencé à poser des panneaux photovoltaïques en 2008, ils produisaient 180 watt-crête. Aujourd’hui, nous sommes à 390 watt-crête, ce qui signifie qu’avec une même toiture, on produit aujourd’hui le double d’énergie d’autrefois. Il y a également de plus en plus de connectivité avec les onduleurs (ces derniers transforment le courant continu en courant alternatif pour pouvoir l’utiliser au niveau domestique). On peut à présent observer ce que l’on produit à l’aide de son Smartphone, ce qui est très pratique.

A qui recommanderiez-vous de poser des panneaux photovoltaïques ?

Ils sont profitables à tout un chacun, mais nous avons remarqué, avec l’effet covid et le confinement, que les ménages prenaient de plus en plus soin de leur maison. Nombre d’entre eux ont également décidé de placer une piscine car ils n’ont pas pu partir en vacances, et parce que le confort de leur lieu de vie a pris de l’importance. Dans ce cas, des panneaux photovoltaïques sont tout particulièrement recommandés pour couvrir cette consommation supplémentaire d’énergie.

Sont-ils devenus plus esthétiques avec le temps ?

Oui, tout à fait ! Les premiers étaient de couleur bleue avec un encadrement alu, ce qui n’était pas très stylé sur une toiture noire, par exemple. Aujourd’hui, les panneaux se fondent beaucoup plus dans la toiture. La marque Hyundai vient notamment de sortir des modèles noirs à encadrement noir quasiment invisibles lorsqu’ils sont posés.

Comment cela se passe-t-il lorsqu’on décide de placer des panneaux photovoltaïques ?

Il suffit d’effectuer une demande, et on analyse ensuite les besoins, la consommation, la toiture, etc. ensemble. Une fois qu’un accord est trouvé, l’installation est réalisée dans le mois en une grosse demi-journée. Nos chantiers sont très variés : les plus petits comptent huit panneaux, là où notre plus grande réalisation en dénombrait 1400 sur la toiture d’une entreprise... Notre société familiale possède aussi ses propres électriciens, et nous faisons appel à des ardoisiers pour l’étanchéité. Enfin, nous assurons le suivi administratif de A à Z. Une fois que le client voit tourner pour la première fois son compteur en sens inverse, quelques minutes seulement après la mise en service, c’est vraiment magique !

Comment voyez-vous évoluer les panneaux photovoltaïques ?

Je pense que les batteries, qui sont encore très chères aujourd’hui, vont se démocratiser à moyen terme. Cela permettra de stocker l’énergie – c’est aujourd’hui impossible – afin de l’utiliser quand le besoin se fait sentir...

Infos : www.electrorouhard.be – page Facebook et Instagram « electro Rouhard », vidéos sur YouTube.

Contenu réalisé par notre régie publicitaire