CORONAVIRUS

Interdiction des voyages non essentiels: la Commission européenne «surprise» par la nouvelle prolongation belge

Interdiction des voyages non essentiels: la Commission européenne «surprise» par la nouvelle prolongation belge

Voyager? Uniquement pour raison essentielle jusqu’au 18 avril: une décision qui a «surpris» la Commission européenne. AFP

La Commission européenne a été «surprise» d’apprendre vendredi, par voie de presse, la nouvelle prolongation en Belgique de l’interdiction de déplacements non essentiels, prolongation qui n’était pas mentionnée dans un courrier reçu la veille, a indiqué lundi un porte-parole de l’exécutif européen.

Ce courrier, qui venait en réponse à une missive de la Commission laissant à la Belgique et à cinq autres États membres dix jours pour se justifier, mentionnait le maintien de l’interdiction jusqu’au 1er avril.

Mais vendredi, le Comité de concertation réunissant Fédéral et entités fédérées a décidé de «maintenir pour le moment» l’interdiction jusqu’au 18 avril. La mesure sera réévaluée lors du prochain Comité de concertation du 26 mars.

La Commission juge disproportionnée cette interdiction qu’elle souhaite voir remplacée par des mesures plus ciblées de dépistage et de quarantaines. Les différents niveaux de pouvoir en Belgique élaborent à cet égard un accord de coopération.

L’objectif, selon la Commission, reste de «trouver une solution le plus vite possible pour garantir le respect des droits de libre circulation». L’exécutif européen a promis d’examiner «rapidement» toutes les réponses et les options envisageables.



Coronavirus : le bilan en Belgique