BRUXELLES

Ne dites plus tunnel Léopold II, mais tunnel Annie Cordy

Ne dites plus tunnel Léopold II, mais tunnel Annie Cordy

Le tunnel Leopold II va devenir le tunnel Annie Cordy. BELGA

Les bouchons et les retards occasionnés par le trafic dans le tunnel le plus long de la capitale et du pays ne pourront plus être associés au nom de Léopold II mais à celui d’Annie Cordy à partir de l’automne prochain. Le nom de la chanteuse décédée le 4 septembre dernier est sorti largement en tête parmi ceux des quinze candidates proposées au vote du public depuis le 1er février, ont annoncé lundi Bruxelles mobilité, la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van Den Brandt et la secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances Nawal Ben Hamou.

Actuellement, 43% des rues à Bruxelles portent le nom d’une personne. Parmi celles-ci, seules 6,1% portent celui d’une femme.

Pour souligner l’importance de renverser cette dynamique, la Région bruxelloise avait lancé une procédure de changement de nom à la fin de l’année dernière pour rebaptiser le plus long tunnel du pays. Ce changement symbolique en prédit d’autres car il existe un large consensus politique pour une évolution plus large dans ce sens.

Dans le cas présent, 30.715 votes ont été comptabilisés entre le 1er février et le 28 février à minuit. Annie Cordy s’est clairement démarquée avec plus de 22% des votes.

Pour Elke Van den Brandt, la liste des candidates fournit aussi de l’inspiration pour rebaptiser d’autres lieux et donner aux femmes à Bruxelles la reconnaissance qu’elles méritent.

La secrétaire d’Etat Ben Hamou estime quant à elle que le nombre important de votants «encourage à mener d’autres initiatives pour mieux visibiliser les femmes à Bruxelles, mais aussi leur apport à la culture bruxelloise, belge ou internationale.

La nièce d’Annie Cordy s’est dite touchée par le plébiscite du nom de sa tante et l’appel des votants à inscrire l’artiste et son œuvre dans la mémoire de la ville qui l’a vu naitre. Elle a dit s’y associer «d’autant qu’une réflexion a été entamée avec les autorités bruxelloises pour trouver un emplacement en surface pour évoquer de façon didactique la personnalité et le parcours de ma tante».