JUDO

Toma Nikiforov décroche l’or pour la première fois dans un tournoi du Grand Chelem

Toma Nikiforov décroche l’or pour la première fois dans un tournoi du Grand Chelem

- BELGA

Le Schaerbeekois a battu en finale le Bulgare Boris Georgiev (IJF 77) grâce à deux waza-ari.

Toma Nikiforov a décroché la médaille d’or des moins de 100 kg au tournoi de judo du Grand Chelem de Tachkent en Ouzbékistan dimanche. Il s’agissait de sa troisième finale à cet échelon, c’est la première fois qu’il parvient à s’imposer.

Le Schaerbeekois a battu en finale le Bulgare Boris Georgiev (IJF 77) grâce à deux waza-ari. Malgré une pénalité encaissée très tôt, Nikoforov a réussi une superbe contre-attaque après une minute trente de combat pour inscrire un premier waza-ari. Après avoir dû résister au travail au sol du Bulgare, le Belge a réussi un second waza-ari à une minute du terme, synonyme d’ippon et de médaille d’or.

Pour arriver à sa troisième finale à cet échelon, Toma Nikiforov, 28 ans, 40e mondial, avait écarté d’abord le Serbe Bojan Dosen, 30e au classement mondial IJF sur un waza-ari, lors de son premier combat puis l’Allemand Dario Garcia Kurbjeweit (IJF 133) sur ippon à mi-combat.

Le champion d’Europe 2018 avait battu ensuite en quarts de finale le Mongol Gonchigsuren Batkhugay (IJF 229). Après avoir placé un waza-ari à mi-combat, Nikiforov a vu son adversaire recevoir un 3e shido (pénalité) à 1:23 de la fin de leur duel, synonyme d’ippon alors que le coach de Nikiforov s’était vu prier de renter au vestiaire pour coaching excessif.

En demi-finales contre l’Ouzbekh Muzaffarbek Turoboyev (IJF 146), le Belge s’était imposé sur ippon.

Toma Nikiforov égalait alors sa meilleure performance en Grand Chelem jusque-là, qui l’avait vu se hisser en finale à Ekaterinbourg en 2018 et Abou Dhabi en 2017.

Une bonne affaire pour le Bruxellois qui doit absolument réussir de bons résultats pour grimper au ranking olympique. Il lui faut figurer dans le Top 18 de sa catégorie (avec la limite d’un athlète maximum par pays) pour être assuré de disputer les JO de Tokyo cet été.

Toma Nikiforov: «Ça fait du bien après tant de galères»

«Après tant de galères, de blessures, d’opérations et la période du coronavirus, c’est très bien», a-t-il déclaré à l’agence BELGA.

«Je suis vraiment très content de cette médaille, c’est la plus belle. C’est aussi mon premier titre Grand Chelem. Après tant de galères, de blessures, d’opérations et la période du coronavirus, c’est très bien», a déclaré Nikiforov, ravi d’avoir pu faire taire ceux qui «l’avaient déjà enterré».

Champion d’Europe 2018, le Belge avait déjà échoué à deux reprises en finale en Grand Chelem, à Ekaterinbourg (2018) et Abou Dhabi (2017). Dimanche, il a su rester concentré pour s’imposer. «Je me suis bien senti toute la journée. Dans ma tête, un seul mot tournait: la victoire. Je suis resté concentré du début à la fin. Pourtant, j’aurais pu perdre ma concentration lors de certains passages.»

En effet, le 40e mondial a vécu une demi-finale compliquée contre l’Ouzbek Muzaffarbek Turoboyev (IJF 146), porté par les spectateurs. «Je prends un waza-ari puis je me fait insulter par le public. C’est presque parti en bagarre mais tout est bien qui finit bien», a expliqué le judoka de 28 ans.

En finale, Nikiforov a battu un ami, le Bulgare Boris Georgiev (IJF 77), grâce à deux waza-ari. «Je le connais depuis très longtemps, c’était bizarre de combattre contre un ami», a ajouté le Belge d’origine bulgare.