HUY

Quand écrire allège les dégâts du cancer

Quand écrire allège les dégâts du cancer

Hélène, Stéphanie et Pierre la veille de cette 5e intervention déclencheuse de leur aventure littéraire. Doc

«Dans les yeux d’une jumelle» de Pierre Koole Paulus révèle les tourments de la sœur de son épouse en lutte contre le cancer.

Jadis collaborateur dans les colonnes de L’Avenir Huy-Waremme et toujours chroniqueur musical sur Classic 21, le Hutois Pierre Koole Paulus («j’insiste sur le Koole depuis que nous sommes mariés») signe un ouvrage singulier où on ne l’attendait pas spécialement. Dans les yeux d’une jumelle feuillette en 75 pages la dizaine de jours d’hospitalisation de Stéphanie Koole, son épouse en guerre contre un cancer tenace depuis huit ans… «Particularité, j’ai écrit ce récit à travers le regard de sa sœur jumelle, Hélène, précise le Hutois. À l’époque, Hélène vivait très mal la 5e opération de sa sœur alors qu’elle habitait à Amsterdam. Avec Stéphanie, on a eu envie de l’aider et j’ai commencé à écrire en imaginant ce qu’elle pouvait ressentir. Cela lui a beaucoup plu. Tant pour Hélène que pour moi, cette aventure allait prendre une dimension thérapeutique où exorciser certaines choses. Il y avait clairement chez Hélène l’expression d’une impuissance et d’un sentiment d’injustice de l’ordre du pourquoi le cancer avait-il choisi sa sœur jumelle et pas elle? C’est devenu un projet à trois. Avec un énorme contraste puisque c’est Stéphanie, celle qui allait le moins bien physiquement, qui portait finalement les deux autres.»

Témoignage inspirant

Le processus d’écriture se poursuivra durant trois mois, Hélène réajustant parfois le récit que Pierre lui soumettait. «C’est un récit à la première personne et j’ai donc dû féminiser mon écriture. J’ai aussi retranscrit le carnet de notes que Stéphanie tenait au Tadjikistan quand le cancer s’est déclaré alors qu’elle y était en stage. Là c’est du témoignage brut. Elle y a expérimenté les soins de santé autrement rudimentaires et dans un contexte très masculin. On l’avait encouragée à y subir d’urgence une intervention. Mais elle a refusé, préférant revenir se faire soigner en Belgique, même si le trajet du retour allait être rocambolesque.»

Au départ, ces écrits devaient être réservés à la lecture confidentielle de l’entourage proche. Mais, les retours positifs et les encouragements ont fini par les mener dans les mains d’une petite maison d’édition tournaisienne. «On m’a dit qu’il s’agissait d’un beau témoignage qui pouvait être inspirant pour d’autres personnes confrontées au cancer. C’est la photographie d’un moment où l’entourage familial et amical a toute son importance et s’en trouve aussi bousculé. C’est un témoignage et surtout un récit de vie qui ne se veulent pas larmoyants. D’ailleurs, il y a de la fête et des situations cocasses. Entre les lignes, la relation entre jumelles est aussi abordée.»

En prolongement de la couverture, divers dessins d’Hélène, illustratrice de formation, viennent aérer l’écriture. Avec notamment ces petites paillettes multicolores d’un baxter porteur d’espoirs de guérison. «On touche du bois depuis 1,5 an. Jamais Stéphanie n’avait connu une période de répit aussi longue en huit années de combat…»

«Dans les yeux d’une jumelle» (Chloé des Lys Éditions). À commander sur www.editionschloedeslys.be et prochainement en vente à la boutique Ultra Bien (rue des Brasseurs à Huy)