article abonné offert

Namur

Brasseur-livreur, un sport de contact: «À la reprise, il y aura des blessés»

Brasseur-livreur, un sport de contact: «À la reprise, il y aura des blessés»

Petit-fils et fils de brasseur, Benjamin adore son métier. Un peu comme Obélix, il est tombé dans le «fût», tout petit. EdA - Florent Marot

Benjamin Jammart est chauffeur livreur depuis dix ans. Un boulot très physique privé aujourd’hui de l’essentiel: le contact.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 26 des 336 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?