SOCIÉTÉ

Les femmes en situation de handicap quatre fois plus exposées aux violences sexuelles

Les femmes en situation de handicap quatre fois plus exposées aux violences sexuelles

«Être femme et en situation de handicap, c’est subir, entre autres, des oppressions validistes et sexistes, subtilement tissées entre elles», estime l’Association socialiste de la personne handicapée. ÉdA (Illustration)

Les femmes en situation de handicap sont quatre fois plus exposées aux violences sexuelles que celles considérées comme valides, avertit ce jeudi l’Association socialiste de la personne handicapée (ASPH). Et ce en raison du croisement de deux oppressions subies: le sexisme et le validisme.

L’ASPH définit le validisme comme un monde construit par et pour les personnes valides, oubliant celles en situation de handicap et discriminant sur base de capacités humaines, psychologiques, intellectuelles ou physiques.

«Être femme et en situation de handicap, c’est subir, entre autres, des oppressions validistes et sexistes, subtilement tissées entre elles», souligne l’association. «La société dite ‘validiste’justifie, souvent inconsciemment, des inégalités sociales, des préjugés, des discriminations et certaines formes spécifiques de violences envers ces femmes. Ces violences sont sous-estimées alors que c’est un phénomène grave avec des conséquences parfois irréversibles», explique-t-elle.

L’ASPH s’est penchée sur cette intersectionnalité et a réalisé une étude qui révèle que les femmes en situation de handicap sont quatre fois plus exposées que leurs homologues valides aux violences sexuelles, quel que soit leur âge.

«Plus que jamais, il est important de reconnaître les violences faites aux femmes en situation de handicap et de donner du poids à leurs paroles», plaide l’association à l’approche de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars. L’ASPH plaide aussi pour que des «politiques inclusives soient menées en matière de lutte contre les violences faites aux femmes». «Il est important de prendre en compte les spécificités et les besoins du public des femmes en situation de handicap», souligne-t-elle.