CLIMAT

Les activistes pro-climat ont rencontré Alexander De Croo: «On n’entend pas parler de l’urgence climatique»

Les activistes pro-climat ont rencontré Alexander De Croo: «On n’entend pas parler de l’urgence climatique»

Suite à la rencontre, Alexander De Croo a posté quelques photos de celle-ci sur sa page Facebook, précisant que «avec l’accord de gouvernement le plus vert jamais conclu, notre pays fait un bond en avant». Facebook

Lors d’une réunion virtuelle, Adélaïde Charlier, Anouna De Wever et plusieurs autres militants européens qui défendent une plus grande prise en compte de l’urgence climatique ont pu échanger avec le Premier ministre belge, Alexander De Croo. Un échange constructif mais qui ne rassure pas complètement les activistes.

Un an quasi jour pour jour après la marche européenne pour le climat qui avait attiré plusieurs milliers de personnes dans les rues de la capitale, Adélaïde Charlier et plusieurs autres activistes climatiques ont rencontré - virtuellement - le Premier ministre belge Alexander De Croo.

«Depuis un an, notre message est resté le même, sourit la Namuroise. Il consiste à demander à nos dirigeants de considérer l’urgence climatique comme une crise, d’être cohérent entre leur discours et leurs décisions et de communiquer sur l’urgence justement de la situation.»

«Le sentiment que rien ne bouge»

Suite aux mesures sanitaires qui empêchent aujourd’hui tout rassemblement, le message des activistes qui militent en faveur d’une plus grande prise en compte des enjeux climatiques ne bénéficie plus de l’écho d’il y a douze mois.

«C’est frustrant, reconnaît d’ailleurs la jeune femme. Car on le voit: si nous ne sommes plus dans la rue pour mettre la pression, on a le sentiment que plus rien ne bouge. Or, nos dirigeants se disent conscients de cette urgence à prendre des décisions

L’urgence de communiquer sur… l’urgence de la situation

Le discours tenu par Alexander De Croo mercredi soir est d’ailleurs de nature, dans une certaine mesure, à réjouir Adélaïde: «Le Premier ministre nous a dit qu’il souhaitait faire de la Belgique l’un des gouvernements les plus respectueux de l’environnement, ce qui est évidemment très positif. Et que des actions allaient bientôt être entreprises.»

Suite à la réunion, Alexander De Croo a d’ailleurs commenté: «Avec l’accord de gouvernement le plus vert jamais conclu, notre pays fait un bond en avant. Notre ambition: lier durabilité et technologie sans laisser personne de côté. Pour une économie solide, verte et inclusive.»

«Le citoyen est prêt»

Mais, aux yeux des militants, tout n’est pas rose pour autant dans le discours entendu mercredi soir. «Nous ne sommes pas d’accord lorsqu’on nous dit que les citoyens ne sont pas prêts à subir des changements drastiques. Nous pensons, au contraire, que le citoyen est conscient de l’urgence et prêt à entreprendre des actions pour lutter contre le réchauffement climatique. »

Le citoyen est conscient de l’urgence et prêt à entreprendre des actions pour lutter contre le réchauffement climatique.

Mais, comme pour la crise sanitaire, cette prise de conscience ne sera efficace que si elle s’accompagne d’une stratégie politique. «Or, on n’entend pas parler d’urgence climatique. Et pendant ce temps, la Belgique continue de subsidier largement les énergies fossiles. Ce n’est pas comme cela que l’on pourra entamer une véritable transition

Retrouvez notre article complet à lire dans L’Avenir de ce samedi 6 mars 2021, sur tablette, smartphone ou PC