ATHLÉTISME – NAFISSATOU THIAM

«Capable de faire de très bonnes choses»

«Capable de faire de très bonnes choses»

Nafissatou Thiam manque de repères en indoor, vu sa préparation assez courte. BELGA

Dès vendredi, place aux Championnats d’Europe indoor d’athlétisme avec deux Namurois à suivre. Nafi au pentathlon et Eliott Crestan sur le 800 mètres.

Depuis ce mardi, la délégation belge est à Torun, en Pologne, à l’occasion des Championnats d’Europe indoor d’athlétisme. Parmi les trente athlètes sélectionnés, deux Namurois sont de la partie: Nafissatou Thiam et le jeune prodige du Sambre et Meuse Athlétique Club, Eliott Crestan, qui est bien entendu aligné sur le 800 mètres. Pour Nafi, c’est un retour au pentathlon, elle qui ne s’est plus alignée sur cette épreuve depuis son titre de Championne d’Europe en salle à Belgrade en 2017 et son record personnel avec un total de 4870 points. En effet, si en extérieur, sa spécialité est l’heptathlon, qui combine chronologiquement le 100 mètres haies, le concours de saut en longueur, celui de saut en hauteur, le 200 mètres, le lancer du poids, le lancer du javelot et le 800 mètres, en indoor, il devient un pentathlon. Le 100 mètres haies est remplacé par le 60 mètres haies, on garde le saut en hauteur, le lancé du poids et le saut en longueur et on termine avec le 800 mètres. « Je ne suis absolument pas préparée pour un pentathlon, surtout techniquement. Je n’ai pas axé ma préparation sur l’indoor, je manque de répétitions mais je n’ai pas beaucoup hésité quant à ma participation. On ne sait pas de quoi l’avenir sera fait, de quoi la saison estivale sera faite. Cela est dommage de faire l’impasse sur ces Championnats d’Europe et d’être peut-être encore privée de compétition cet été. Donc je prends un risque, le risque de me planter et d’être là plutôt que chez moi», explique la Rhisnoise.

Une dernière semaine chamboulée

Il y a quinze jours, «Nafi» aurait dû participer aux Championnats de Belgique indoor sur le concours de saut en longueur, où elle était la seule engagée. Un résultat positif au test covid réalisé la veille lui a ruiné ses chances de se tester. « Au final, ce test positif, qui s’est transformé en test négatif deux jours plus tard, il m’a empêché de m’entraîner durant cinq jours. À cela, il faut ajouter les jours précédant la compétition, où j’ai levé le pied pour être en forme. Ce n’est pas optimal en vue de la compétition de ce vendredi, mais c’est comme ça», ajoute celle qui se sent toutefois très bien physiquement.

Pas de pression

Et quand on lui demande quels sont ses objectifs sur ce pentathlon, la protégée de Roger Lespagnard précise qu’elle n’en a pas. « Ici, tout est sur la même journée. C’est une longue journée, mais on donne tout car il n’y en a qu’une. Je ne devrai pas me lever pour un second jour de compétition avec des courbatures partout. Par contre, je suis incapable de me situer. J’ai un petit stress, ou plutôt une petite appréhension. Je compte bien me donner à fond car je sais que je suis capable de faire de très bonnes choses mais c’est trop difficile de me fixer un objectif de place ou de points, d’autant que je n’ai pas envie de me donner de limites. Je ne serais pas venue si je ne me sentais pas capable de faire quelque chose de correct et j’espère avoir la chance de mon côté».