HUY-WANZE

PHOTOS | Ils récoltent des serviettes périodiques

L’opération lancée par les JMR se terminera ce samedi. D’ici là, il y a toujours moyen de faire don de serviettes hygiéniques. Doc

Les Jeunes MR récoltent des serviettes hygiéniques pour les personnes précarisées. En soutien à une motion fédérale.

L’action, ce sont les Jeunes MR nationaux qui l’ont lancée lors de leur dernier congrès. Ils ont ainsi décidé de soutenir une motion pour lutter contre la précarité menstruelle. Motion visant au remboursement des protections périodiques par les mutuelles. Aujourd’hui encore, de nombreuses femmes doivent parfois choisir entre se nourrir ou s’acheter ces protections tant elles coûtent cher. Non seulement elles ne sont pas gratuites, mais elles ne sont pas plus remboursées par les mutuelles, comme la contraception l’est. Et pour soutenir cette motion, les Jeunes MR se sont associés à l’ASBL Bruzelle qui s’occupe toute l’année de récolter des serviettes hygiéniques pour les offrir aux personnes précarisées, qu’elle redistribue, dans les plannings familiaux de Bruxelles et Wallonie.

En province de Liège, les JMR de plusieurs sections ont emboîté le pas à cette initiative en récoltant des serviettes hygiéniques que l’ASBL bruxelloise redistribuera. L’idée? «Pendant quinze jours, on a décidé de soutenir l’association», explique Morgane Siplet, de Wanze. Les jeunes MR se retrouvent ainsi sur les marchés hebdomadaires, notamment de Huy et de Wanze, à la sortie de grandes surfaces aussi. Ils appellent aux dons de serviettes hygiéniques que les gens peuvent aussi déposer en plusieurs endroits. À Huy, à la teinturerie Le Cygne, rue Sous-le-Chateau; à la pharmacie Multipharma, avenue Godin; au bar à pâtes Hype, avenue des Ardennes. Mais aussi à Wanze, à la pharmacie Pirenne, place Faniel, et la pharmacie Wanet, à Bas-Oha. «On appelle les gens à faire des dons de serviettes hygiéniques et leurs réactions sont très positives, explique Morgane Siplet. Samedi, on était sur la Grand-Place de Huy et au Carrefour de Ben-Ahin. Les gens sont d’abord interloqués parce qu’on leur parle de cela. Mais ils réagissent bien. Même les hommes qu’on a abordés revenaient avec un sachet de serviettes. Ils se sentent plus concernés que ce que je croyais.» Chacun fait un don de ce qu’il veut: un sachet entier ou une ou deux serviettes, en fonction de ses moyens. Ces serviettes périodiques seront ensuite distribuées par l’ASBL Bruzelle, «car elle a les contacts, elle le fait déjà. Il ne faut pas réinventer la roue…»


Nos dernières videos