GANSHOREN

Une des dernières fermes de Bruxelles le restera encore 2 ans

Une occupation temporaire va permettre à la ferme Hoogstijns, à Ganshoren, de le rester encore deux encore avant reconversion. Il s’agit d’une des dernières fermes de Bruxelles.

L’une des dernières fermes encore en activité à Bruxelles va le rester pour quelque temps encore. En effet, une convention a été signée entre les services de la commune de Ganshoren, Bruxelles Environnement, les Moutons bruxellois, l’ASBL l’Ilot et l’ASBL Théâtre du chien écrasé.

Cette convention de 2 ans, nommée FarmCity, permet à l’occupation temporaire située dans la ferme Hoogstijns de maintenir ses activités jusqu’à ce que Citydev, propriétaire depuis 2020, ne lance les travaux pour «une reconvertion définitive». Animations d’agriculture urbaine, culturelles, pédagogiques et sociales sont prévues.

Le site de 1690m2, situé rue de Termonde 122 à Ganshoren, a été acquis en avril 2020 par Citydev. Objectif: un projet mixte en partenariat avec Bruxelles Environnement comprenant agriculture urbaine et logements conventionnés.

Des moutons

La ferme comprend un bâtiment de logement et une partie composée d’espaces assimilés à des granges. Elle sera activée dès le printemps 2021. Des premières activités ont été organisées à l’été 2020 par les services Culture française et néerlandaise de Ganshoren: ateliers, sessions lectures, concert et intro aux animaux de la ferme pour les plus jeunes étaient programmés.

Dès ce printemps 2021, la «buvette culturelle» Bij/Chez Theo & Jeanine verra le jour dans le hangar principal. Elle proposera, en hommage aux anciens propriétaires, une programmation culturelle axée sur la nature et l’agriculture en ville. Bruxelles Environnement permettra aux 20 brebis de David D’Hondt, des Moutons bruxellois, d’agneler et de recevoir les soins nécessaires non loin de leurs pâtures, les prés du Zavelenberg. David proposera également des activités didactiques et la vente de viande, laine, laitage…

Le corps de ferme dispose d’une belle surface habitable à l’étage. Il sera ainsi occupé par l’ASBL l’Ilot, dont l’objectif est la réinsertion sociale de sans-abri.