BELGIQUE

Comité de concertation: «Pour retrouver nos libertés, il nous faudra penser prudence et responsabilité»

Un comité de concertation s’est tenu cet après-midi. Le comité de concertation n’a pris aucune décision sur des éventuels assouplissements, à l’exception de la réouverture déjà décidée des métiers de contacts, à partir du lundi 1er mars. Une nouvelle réunion est prévue vendredi prochain.

 

 

Résumé de la conférence

 

Aucune décision prise par le Comité de concertation, si ce n’est la confirmation de la réouverture des métiers de contact.

Les chiffres ne sont pas bons. Serait-ce le début d’une troisième vague? Une évaluation de la situation sera faite dans une semaine.

Les maîtres-mots sont patience et responsabilité, selon le Premier ministre. Ce sont eux qui permettront un retour de nos libertés.

Le couvre-feu passe de minuit à 5h en Wallonie à partir du 1er mars. Il restera d’application de 22h à 6h pour la région de Bruxelles-Capitale.

Les hôpitaux vont devoir passer à la phase 1B. La moitié des lits en soins intensifs seront réservés aux patients covid.

 

«Le Comité de concertation n’a pris aucune décision aujourd’hui», a d’entrée de jeu commencé le Premier ministre. Alexander De Croo le confirme: la situation dans le pays reste très délicate. «Nous étions sur un plateau, mais cela semble fini. Nous voyons une hausse généralisée des hospitalisations. Près de 200 entrées hier, un chiffre que l’on avait plus vu depuis longtemps. Cela nous oblige à la prudence.»

Une prudence qui appelle à ne pas prendre de décisions sans réfléchir. «Les chiffres d’aujourd’hui ne nous permettent pas de prendre des décisions insensées ou irréfléchies. Ils ne nous permettent donc pas de faire des assouplissements actuellement. Nous avons décidé de faire une pause d’une semaine, ce qui nous permettra de suivre très attentivement la situation.» Un nouveau Comité de concertation devrait donc se tenir vendredi prochain, avec davantage de clarté concernant d’éventuelles nouvelles mesures et/ou des assouplissements.

Le Premier a avoué avoir eu du mal à prendre cette décision, mais tient à rassurer. «Cela m’a fait l’effet d’une douche froid. J’aurais, moi aussi, espéré annoncer une autre décision. Mais je suis convaincu que le moment où nous pourrons lâcher les efforts n’est pas si éloigné.» Ce moment viendra toutefois à une condition: il faut redoubler d’efforts maintenant. «Je vous demande d’être très prudents, pour vous-même, et pour les gens autour de vous».

Alexander De Croo a ensuite rappelé les gestes barrières nécessaires à la lutte contre le coronavirus. «Pour retrouver nos libertés, il nous faudra penser prudence et responsabilité.» Il a également rappelé l’importance du testing. «En cas de doute, faites-vous tester! Se faire tester, c’est la première façon de se mettre en sécurité et de protéger les autres.»

Une troisième vague?

Sommes-nous dans une 3e vague ? «Nous ne sommes pas capables de le dire aujourd’hui. Si on y est, on est alors dans une exponentielle. Cela signifie que ça va aller très très vite!», avance le ministre-président de la Wallonie Elio Di Rupo.«Si on écoute certains membres d’hôpitaux, nous y sommes déjà. En tant qu’autorités, plutôt que de faire des erreurs, nous préférons prendre quelques jours. Cela nous permettra de vérifier la situation et de prendre alors les décisions appropriées.»