NAMUR

Fusillade à Jambes en janvier: sept mandats d’arrêt

Fusillade à Jambes en janvier: sept mandats d’arrêt

Les coups de feux ont été tirés dans le centre de Jambes, fin janvier. ÉdA – Florent Marot

Les auteurs des coups de feu perpétrés à Jambes ont été interpellés. Il est aussi question de trafic de drogue.

Les Jambois ont encore les oreilles qui vibrent après la tonitruante soirée du 29 janvier. Le calme avait été troublé par une dizaine de coups de feu tirés dans le centre-ville. Des douilles de divers calibres avaient notamment été découvertes sur place.

L’enquête menée par les différentes sections du SER (Service enquêtes et recherches) a porté ses fruits. «Deux opérations successives menées avec l’assistance des unités d’appui de la Zone de Police Namur Capitale ainsi que de la Police Fédérale et de plusieurs unités d’appui d’autres zones de police locales ont permis d’interpeller l’ensemble des protagonistes», indique le chef de corps de la police locale, Olivier Libois et le procureur du roi de Namur, Vincent Macq, dans un communiqué commun.

Au total, huit personnes ont été interpellées et sept d’entre elles ont été placées sous mandat d’arrêt. On leur reproche des faits d’extorsion avec armes à feu suivis de faits de tentative de meurtre. Ainsi qu’une participation à un trafic de drogue. Les instances judiciaires précisent à ce sujet que « d’importantes saisies ont été effectuées puisqu’il est question de 2 armes de poing, de nombreuses munitions de différents calibres, 4 véhicules, plus de 6 kg de cannabis et une somme d’argent de plus de 6 000 euros».