CORONAVIRUS

Assuralia: «On doit réfléchir à une assurance pandémie»

Assuralia: «On doit réfléchir à une assurance pandémie»

Hein Lannoy : Administrateur délégué. Barbara Vanspeybroeck : Communication Director. Hilde Vernaillen : Présidente Assuralia Printscreen by René Vandepitte- Assuralia

Face à la crise sanitaire et à son cortège de conséquences économiques, l’idée d’une assurance pandémie a surgi ça et là.

Les assureurs planchent également sur le concept, a-t-on appris mardi lors de la présentation du rapport annuel d’Assuralia. Mais la réflexion n’en est qu’à ses balbutiements.

«La question est difficile car lorsqu’on parle d’assurance pandémie, on ne parle pas seulement de l’aspect santé. Il s’agit surtout de couvrir les dommages économiques causés par un confinement forcé, qui est lui-même la conséquence d’une pandémie», explique Hilde Vernaillen, présidente d’Assuralia. «La réflexion est complexe.»

«Par ailleurs, le système assurantiel est un système de solidarisation de risques. Or lorsque le risque se répand partout en même temps, dans tous les secteurs, et à travers toutes les régions du monde... on a un gros problème de solidarisation de risques puisque les effets négatifs se font ressentir sur tous les fronts au même moment», poursuit-elle.

Cette crise sanitaire, à l’échelle mondiale, est une première. «Donc, oui, on doit réfléchir à une couverture pandémie, mais avec un peu de recul et en rassemblant tous les acteurs impliqués (assureurs, réassureurs, Etat, autorités européennes) afin de pouvoir solidariser les risques d’une telle ampleur», ponctue-t-elle.