LIÈGE

VIDÉOS | Les déficients visuels face à la crise: des violettes qui nous rappellent que la distanciation sociale n’est pas une formalité

Si quelques règles simples ont permis à chacun de réinvestir en partie l’espace public depuis le déconfinement du printemps dernier, celles-ci n’ont fait que compliquer un peu plus le quotidien des personnes qui souffrent d’un handicap visuel. À travers son Opération Violettes, l’ASBL liégeoise Entrevues donne un coup de projecteur sur une réalité que l’on a parfois tendance à oublier.

Tandis que les premiers effluves du printemps abondent depuis plusieurs jours, l’ASBL Entrevues propose d’y ajouter une dose sucrée au travers de ses désormais traditionnelles violettes.

Ainsi, à partir du lundi 1er mars et pour une période d’un mois, l’ASBL liégeoise relance son opération annuelle, laquelle consiste en «la vente de bonbons Gicopa au prix de 2€ le sachet permettant le financement complet de la formation d’un futur chien guide ». (+ Accéder à la plateforme de vente en ligne)

Depuis plus de 30 ans, Entrevues forme en effet des chiens guides et des personnes mal ou non voyantes à l’utilisation de ces chiens. Ce sont ainsi plus de 150 compagnons de route et de vie qui ont été remis gratuitement à différents bénéficiaires sur l’entièreté du territoire belge.

L’objectif de l’Opération Violettes permet ainsi et avant tout de «mettre en lumière la déficience visuelle».

Une souffrance au quotidien considérablement renforcée

Or, en cette période de crise sanitaire, cet objectif s’avère plus que jamais crucial aux yeux de Jeff Bertemes: «Le simple fait que l’on reçoive davantage d’appels téléphoniques nous le montre. Les personnes déficientes visuellement souffrent beaucoup de cette solitude qui s’est amplifiée durant cette crise. Pour certaines, c’est vraiment très difficile psychologiquement

On n’y pense pas toujours, mais les règles devenues élémentaires à notre quotidien se révèlent ainsi parfois difficilement surmontables pour les personnes souffrant d’un handicap visuel.

«Réinvestir l’espace public n’est pas facile»

«Le fait de réinvestir l’espace public n’est en effet pas facile, confirme Jeff Bertemes. Le respect de la distanciation social peut par exemple s’avérer compliqué pour ces personnes qui n’ont pas toujours conscience d’être proches d’autres gens. Parmi les difficultés qui nous sont rapportées, il y a aussi la montée dans les bus, qui se fait désormais par l’arrière: les chiens guides ont été dressés et sont habitués à monter par l’avant, ce qui peut donc occasionner certaines complications au moment de monter dans le bus. Je pense aussi au fléchage installé dans certains commerces, qu’il est bien sûr compliqué de respecter dans de telles situations. »

Le respect de la distanciation social peut s’avérer compliqué pour ces personnes qui n’ont pas toujours conscience d’être proches d’autres gens.

Un secteur contraint de s’adapter

Face à la réalité de la crise, l’association liégeoise a elle aussi dû s’adapter. «Cela a un fort impact, car nous sommes un métier de contact et nous fonctionnons avec une équipe d’une soixantaine de bénévoles qui sont d’ordinaire très présents», poursuit Jeff Bertemes.

Mais avec le confinement et les mesures qui l’accompagnent, c’est désormais sans cette main-d’œuvre pourtant essentielle que l’ASBL doit fonctionner.

+ RELIRE | Chien guide: la formation continue pendant le confinement

«Sans compter l’augmentation de la charge de travail. Les habituelles séances de formation collective pour les familles d’accueil des futurs chiens guides ont été remplacées par des séances individuelles. Nous avons également entrepris de digitaliser le carnet de route qui permet à la famille d’accueil et au moniteur de suivre l’évolution de cette formation

+ REVOIR AUSSI | Des vidéos tutos pour l’apprentissage des chiens guides

Faites comme Tanguy

VIDÉOS | Les déficients visuels face à la crise: des violettes qui nous rappellent que la distanciation sociale n’est pas une formalité
ASBL Entrevues
Cette année plus que jamais, Entrevues compte donc sur la vente de ses violettes pour booster le moral de ses troupes. «Les ventes directes étant rendues très complexes actuellement, nous comptons véritablement sur notre plateforme de vente en lignepour faire progresser au mieux l’Opération. Celle-ci permettra à chacun de commander ses Violettes en quelques clics et de les recevoir à domicile ou dans un point Mondial Relay.»

Pour parrainer cette nouvelle édition de l’opération, Entrevues a pu aussi compter sur la participation de Tanguy Dumortier, le présentateur bien connu de la RTBF.

«C’est une année difficile pour beaucoup d’entre nous, mais pensons toutes et tous ensemble à ceux pour qui c’est encore un petit peu plus compliqué», invite ainsi le présentateur du Jardin Extraordinaire.