JOGGING

L’institutrice qui avait ému les joggeurs

L’institutrice qui avait ému les joggeurs

Stéphanie Rousseau avait bénéficié d’un élan de sympathie ÉdA

Les amoureuses et amoureux de cette discipline la croisaient régulièrement. Aux côtés de son mari Michaël Robin et de ses deux jeunes fils, basketteurs au club de Ciney.

Pour le plaisir, pour le fun, histoire de décompresser. «Tous les hommes pensent que le bonheur se trouve au sommet de la montagne, alors qu’il réside dans la façon de la gravir». Stéphanie Rousseau était institutrice maternelle à l'«École de Village» de Havelange. Installés depuis peu dans une toute nouvelle maison, le couple et leurs deux enfants avaient tout sous la main pour vivre leur vie sous son meilleur angle. Puis… le grain de sable qui vient tout bouleverser! Sous la forme d’un lymphome agressif. Qui, dans un premier temps se montre malheureusement réfractaire aux différentes lignes de traitements de chimio. Une autre approche, toutefois, par immunothérapie, rend un nouvel espoir à Stéphanie et aux siens. Non remboursé par la mutuelle, ce traitement coûte 7 353€ le cycle. Qu’importe, amies, amis, copines, copains, sympathisantes et sympathisants sont toutes et tous bien décidés à la seconder dans cette épreuve. Il en faudrait minimum 2 ou 3 supplémentaires avant de pouvoir bénéficier d’une auto-greffe. Malheureusement et malgré son courage, ce lymphome va prendre le dessus. «Ce nouveau traitement nous a donné un nouvel espoir, confiait son mari, il aurait pu ajouter plusieurs chapitres à notre aventure. Cela ne sera pas le cas. C’est sans surprise qu‘elle a attendu la soirée pour rejoindre les étoiles, elle a toujours voulu bien finir les choses. Le soleil va se lever, demain, sur un nouveau jour. Nous continuerons notre chemin, et ce livre restera toujours à nos côtés. Car nous en aurons grand besoin».

Notre journal présente à Michaël Robin, à ses enfants, à sa famille et ses proches, ses plus sincères condoléances.