HUY

Tout le monde se lève pour la culture

Tout le monde se lève pour la culture

La Héronnaise s’interroge sur la pertinence des mesures et règles établies dans la gestion de la crise sanitaire. C.Vi

Le secteur de la culture a pris un coup de massue avec la crise sanitaire du covid-19. Les artistes et institutions culturelles ont décidé de se lever pour s’exprimer.

Le secteur de la culture, désespérément à l’arrêt, doit lutter, faire preuve d’ingéniosité et d’unité pour garder la tête hors de l’eau. Ce samedi, c’était donc un raz-de-marée de productions artistiques qui a envahi l’arrondissement de Huy-Waremme avec la troisième action de Still Standing for Culture. Contrainte au silence depuis plusieurs mois, l’artiste héronnaise Éléonore Dock a lancé un cri du cœur sur les murs du centre culturel de Huy. «Je réclame de la culture et des baisers», histoire de rappeler que nous n’en avons plus. «C’était une évidence de participer à ce mouvement, assure-t-elle. J’ai contacté le centre culturel dimanche dernier pour proposer le projet et la directrice s’est tout de suite montrée enthousiaste.» Mais pour l’artiste engagée, il n’est plus question de rester les bras croisés. Il lui faut des perspectives pour vivre à nouveau. «On a l’impression qu’on ne nous laisse plus la possibilité de nous exprimer, reprend Éléonore Dock. On peut se questionner sur l’essence même des mesures. C’est quoi, finalement l’objectif? Faire taire tout ce qui peut être exprimé ou nous protéger? Moi je commence vraiment à douter. En tout cas, si on voulait faire taire tout un secteur, on ne s’y prendrait pas autrement.»

À Huy, à Wanze, à Marchin, à Engis et partout ailleurs, les artistes étaient des dizaines à s’exprimer chacun à leur manière. Il faut dire que les incertitudes et les interrogations sont nombreuses pour le secteur culturel qui n’a d’ailleurs toujours pas encore fait l’objet d’un plan de déconfinement précis.