LOUVAIN-LA-NEUVE

Still standing for culture: une manifestation symbolique des acteurs culturels

Still standing for culture: une manifestation symbolique des acteurs culturels

Photo d’illustration EdA

Dans le cadre de l’opération Still standing for culture, une centaine d’acteurs culturels du Brabant wallon ont mené une action symbolique, samedi sur la Grand-Place de Louvain-la-Neuve.

Coordonnée par le Centre culturel du Brabant wallon (CCBW), la manifestation rassemblait des membres des centres culturels locaux, des artistes de diverses disciplines, des représentants des bibliothèques, des théâtres, etc. En musique et sur le thème «La culture dans les starting-blocks», les participants ont mis en scène de manière humoristique une course connaissant des faux départs à répétition.

Arborant des pancartes où on pouvait par exemple lire «Silence, on meurt», «L’art, c’est ce qui rend la vie plus intéressante» ou encore «je suis non essentielle», les manifestants portaient des dossards au nom des divers secteurs de la culture qui sont à l’arrêt depuis des mois, plaçant certains artistes dans des situations très difficiles.

«Notre message d’aujourd’hui se veut constructif: la culture souffre comme d’autres secteurs mais elle est bien plus qu’une activité économique, elle participe au bien-être psychique des citoyens et pour l’instant, elle ne peut pas remplir ce rôle sociétal. Ce serait bien que le gouvernement la considère comme un partenaire dans le contexte pandémique et postpandémique», expliquait sur place Nicolas Van der Maren, le président du CCBW.

Pour les acteurs culturels réunis samedi à Louvain-la-Neuve, le secteur a prouvé entre les deux confinements qu’il était parfaitement capable de respecter les protocoles et mesures sanitaires, et tous sont prêts à redémarrer. «Nous voulons sortir du mutisme dans lequel on nous a relégués: il est important que les acteurs culturels s’expriment et qu’un débat s’installe. La culture a un rôle à jouer, elle est essentielle pour la démocratie et pour la société», indique la directrice du CCBW, Françoise Kolen.