BELGIQUE - MONDE

Otan: Ludivine Dedonder salue l’«évolution très positive» de la relation transatlantique

Otan: Ludivine Dedonder salue l’«évolution très positive» de la relation transatlantique

Ludivine Dedonder BELGA

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, a salué jeudi l’«évolution très positive» dans la relation transatlantique qui se manifeste avec l’entrée en fonction de la nouvelle administration américaine du président Joe Biden après une réunion virtuelle de deux jours des ministres de la Défense des trente pays de l’Otan à laquelle a participé le nouveau «patron» du Pentagone, Lloyd Austin.

«Les échanges ont permis de remettre au cœur de la relation transatlantique les valeurs de la concertation et du multilatéralisme, ce qui constitue une évolution très positive», a déclaré la ministre dans un communiqué.

Selon elle, cette réunion «a permis d’ouvrir le dialogue» avec le secrétaire américain à la Défense, l’ex-général Lloyd Austin.

«Durant cet échange, j’ai pu saluer l’exercice de réflexion entamé par l’Otan sur la manière d’adapter l’Alliance aux défis futurs, en renforçant son unité et sa cohésion, exercice plus communément appelé NATO 2030. Cet exercice devra se baser sur une concertation étroite entre le secrétaire général (Jens Stoltenberg, ndlr) et les alliés», a souligné Mme Dedonder.

«Au cours des sessions de la première journée des rencontres ministérielles de l’Otan, j’ai pris le temps d’exprimer l’importance de la relation UE-Otan et la nécessité de développer une coopération transversale et ambitieuse entre les deux parties. L’Europe de la défense développe des initiatives qui bénéficieront à l’OTAN, y compris au niveau capacitaire», a-t-elle poursuivi.

La seconde journée de cette ministérielle - la deuxième à laquelle la ministre participait depuis son entrée en fonction le 1er octobre dernier - était consacrée notamment aux missions de l’Otan en Afghanistan, appelée Resolute Support (RSM), et en Irak, où les effectifs vont passer d’environ 500 personnes à quelque 4.000.

RSM, en cours depuis janvier 2015, se concentre sur la formation, le conseil et l’assistance aux forces de sécurité afghanes. La Belgique y contribue avec une nonantaine de militaires, principalement affectés au contrôle de la zone de sécurité autour de l’aéroport de Mazar-i-Sharif (nord), sous commandement allemand.

«Nous avons discuté de la situation de nos troupes en Afghanistan, des investissements consentis depuis près de 20 ans, des résultats déjà obtenus en matière de droits humains et de lutte contre le terrorisme et du lien essentiel avec le dialogue politique intra-afghan. Dans ce débat, j’ai mis l’accent sur le processus de paix et déploré le niveau actuel de violence dans le pays. J’ai rappelé la volonté de la Belgique de rester un partenaire loyal par rapport aux alliés et de décider du statut de nos troupes de manière coordonnée et concertée, en envisageant toutes les options. J’ai souligné enfin l’importance d’une approche globale en Afghanistan, où les aides humanitaire, économique et politique doivent concourir à favoriser la stabilisation du pays», a indiqué Mme Dedonder.

Nos dernières videos