MUSIQUE

VIDÉOS | Victoires de la musique 2021: ce qu’il faut retenir d’une soirée revendicative (+ palmarès)

«Grands Prix» pour Benjamin Biolay, avec un doublé, et Pomme, sacrée artiste féminine, aux 36e Victoires de la musique vendredi, devenues tribunes en soutien au spectacle vivant sinistré et au mouvement #MeToo.

Crise sanitaire oblige, la soirée s’est déroulée dans une ambiance étrange à la Seine Musicale (région parisienne), sans public. Près de 200 figurants étaient cependant présents dans la salle pour applaudir les prestations live des artistes. Voici ce qu’il faut en retenir.

Jean-Louis Aubert: «L’État ne m’a rien donné, jamais.»

«J’ai rêvé d’un autre monde…» C’est avec cette chanson de Téléphone, dans une version rock symphonique, que Jean-Louis Aubert a ouvert cette 36e édition des Victoires de la musique. Une soirée un peu étrange, puisqu’elle se déroulait devant un public clairsemé, règles sanitaires obligent.

Président d’honneur de la cérémonie, il a profité de la tribune offerte pour lancer un appel à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. «Je profite de sa présence ou de son absence pour ne rien réclamer. En effet, quand j’ai commencé dans la musique, je ne pensais pas que l’État y était mêlé en quoi que ce soit. […] L’État ne m’a rien donné, jamais. Et je lui ai beaucoup rendu, et je ne regrette rien. Tout ce que je vous demanderais, Madame la ministre, c’est de continuer de prendre soin de ceux qui vivent et bossent autour de nous: les musiciens, les équipes techniques et discographiques, les organisateurs de spectacles. Pas longtemps! Juste le temps qu’on puisse reprendre la route. […] Vivement que l’on se retrouve sur les routes de France, pour fêter la joie de nos libertés retrouvées. Espoir. C’est pour bientôt.»

Prix de la création audiovisuelle: Julien Doré et le Belge Brice VDH

Le premier prix de la soirée est allé à Julien Doré, primé par le public pour le clip de la chanson Nous.

Un prix qu’il partage avec le Belge Brice VDH, avec qui il réalise ses clips depuis 13 ans. «Julien me supporte depuis 13 ans. J’espère qu’on va encore réaliser de jolies images.»

Hommage à Jane Birkin

C’est la seule qui était sûre de remporter un prix: Jane Birkin a reçu une Victoire d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. par contre, elle a eu la surprise de voir sa fille Lou Doillon débouler sur scène pour lui rendre hommage.

Meilleur artiste masculin: Benjamin Biolay

Benjamin Biolay était le favori de la soirée. Déjà primé en 2002 (Victoire de l’album révélation de l’année), en 2010 (Victoire de l’album de chansons, variétés pour La Superbe, interprète masculin de l’année) et en 2017 (Victoire de l’album de chansons, variétés pour Palermo Hollywood), il a de nouveau triomphé dans la catégorie du meilleur artiste masculin.

«C’est une soirée importante ce soir car cela n’a pas été une soirée très victorieuse pour la musique. Pour faire un album, cela demande des centaines de personnes […] Dans cette année de silence, a suivi un silence des pouvoirs publics et des ministres qui sont censés être nos pouvoirs de tutelle. J’attends qu’on nous écoute un petit peu.»

Biolay (48 ans) a réalisé le doublé en remportant le prix le plus prestigieux, celui du meilleur album, au titre prémonitoire «Grand Prix». «Et maintenant, la bamboche!», a-t-il crié en recevant la 6e Victoire de sa carrière.

Victoire de la chanson originale: Grand Corps Malade et Camille Lellouche

La victoire de la chanson originale est quant à elle revenue à Mais je t’aime de Camille Lellouche et Grand Corps Malade.

Révélation masculine: Hervé

Le chanteur Hervé a, quant à lui, remporté le prix dans la catégorie de la révélation masculine, dans laquelle était nommé le Bruxellois Noé Preszow.

Artiste féminine: Pomme

Autre Victoire très attendue, celle d’artiste féminine, a fini dans les mains de Pomme, qui avait fort à faire face à Aya Nakamura, artiste française la plus écoutée au monde. Ce trophée est un gros coup de projecteur au mouvement #MeToo, encore naissant dans la filière musicale et nommé #Musictoo. Pomme a en effet décrit son «arrivée dans l’industrie de la musique» comme «traumatisante» dans une lettre ouverte publiée jeudi par Mediapart. «De mes 15 à mes 17 ans, j’ai été manipulée, harcelée moralement et sexuellement, sans en avoir conscience à cette époque évidemment», confiait l’artiste de 24 ans.

Révélation féminine : Yseult (préférée à Clou et Lous and the Yakuza)

Pas de trophée par contre pour nos compatriotes Lous and the Yakuza dans la révélation féminine de l’année où Yseult a triomphé. «Le chemin est encore long pour les femmes, les Noires, les grosses», a commenté la lauréate qui a toujours expliqué qu’elle faisait de la couleur de sa peau et de ses formes une arme politique au travers de ses morceaux et de ses vidéos.

Cette 36e cérémonie des Victoires restera celle de tous les symboles et de tous les combats.

Le palmarès en un coup d’oeil

Création audiovisuelle

Nous de Julien Doré réalisé par Brice Vdh (préféré à Goliath de Woodkid réalisé par Woodkid et La Vita nuova de Christine and the Queens réalisé par Colin Solal Cardo)

Titre le plus streamé

Ne Reviens pas de Gradur et Heus l’enfoiré

Artiste masculin

Benjamin Biolay (préféré à Gaël Faye et Vianney)

Chanson originale

Mais je t’aime de Grand Corps Malade et Camille Lellouche (préférée à Comment est ta peine de Benjamin Biolay, Corps de Yseult, Facile de Camélia Jordana et La Maison de retraite de Michel Jonasz)

Révélation masculine

Hervé (préféré à Hatik et Noé Preszow)

Artiste féminine

Pomme (préférée à Aya Nakamura et Suzane)

Révélation féminine

Yseult (préférée à Clou et Lous and the Yakuza)

Album de l’année

Grand Prix de Benjamin Biolay (préféré à Aimée de Julien Doré, Lundi méchant de Gaël Faye et Mesdames de Grand Corps Malade)