CORONAVIRUS

Le gouvernement prolonge les mesures de soutien: l’UCM satisfaite, Comeos moins

Le gouvernement prolonge les mesures de soutien: l’UCM satisfaite, Comeos moins

- BELGA

Alexander De Croo a annoncé que le gouvernement fédéral prolongeait jusqu’à la fin juin les mesures de soutien aux secteurs économiques et aux travailleurs dont l’activité est à l’arrêt en raison de la crise sanitaire.

Le gouvernement fédéral a décidé vendredi de prolonger jusqu’à la fin juin les mesures de soutien aux secteurs économiques et aux travailleurs dont l’activité est à l’arrêt en raison de la crise sanitaire, a annoncé le Premier ministre Alexander De Croo au cours d’une conférence de presse entouré de plusieurs de ses ministres.

Il a également approuvé quelques mesures dont l’objectif est d’aider ces secteurs à se préparer à une réouverture.

«On a presque deux économies aujourd’hui», a souligné le Premier ministre: des secteurs dont l’activité se déroule de manière habituelle et d’autres qui sont fermés ou fortement restreints. «Cela se reflète dans le fait que 270.000 travailleurs sont encore en chômage temporaire, 20% des ménages subissent une perte de revenus de plus de 10% et que des secteurs sont fermés depuis presqu’un an».

Des mesures d’ordre général seront prises comme des réductions d’impôt pour les investissements dans les PME ou l’imputation sur l’exercice 2022 des avances de décembre pour le précompte professionnel et la TVA. Les entreprises sont également encouragées à demander des plans individuels de remboursement de la TVA afin d’éviter un taux d’intérêt à 9,6%.

Une mesure était particulièrement demandée par le secteur Horeca dont beaucoup d’exploitants doivent continuer à assumer des frais fixes alors que leur activité est fermée. Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, l’avait annoncée jeudi à la Chambre. Elle est aujourd’hui approuvée. Les propriétaires seront encouragés fiscalement à annuler tout ou partie du loyer pour les mois de mars à mai en bénéficiant d’une réduction d’impôt de 30% du loyer annulé. Des plafonds de 5.000 euros par mois par contrat et de 45.000 euros par mois par propriétaire seront appliqués.

Plus d’aides pour les secteurs les plus touchés

Les secteurs les plus durement touchés bénéficieront d’un soutien supplémentaire.

Une réduction de cotisation patronale devrait être décidée pour le secteur événementiel pour les mois d’avril, mai et juin. Une enveloppe de 30 millions d’euros est prévue.

Vingt millions d’euros iront aux artistes privés de leurs droits d’auteur à cause de la fermeture des lieux de diffusion. Les pouvoirs publics travailleront avec les sociétés de droit d’auteur afin d’accélérer le paiement des droits.

Les établissements du secteur Horeca bénéficieront d’une dispense de cotisation AFSCA dont le montant varie entre 50 et 3.000 euros.

Le travail étudiant dans les soins de santé ou l’enseignement ne sera pas directement comptabilisé dans le maximum de 475 heures par an.

Pour ce qui est du travail salarié, une flexibilité supplémentaire sera appliquée dans le chômage temporaire qui pourra se décliner en demi-journées et de la sorte répondre aux besoins de travailleurs de secteurs comme ceux des titres-services ou du transport scolaire, a indiqué le ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne.

Une prime unique pouvant atteindre 780 euros bruts sera accordée aux travailleurs en chômage temporaire depuis longtemps (52 jours) qui ont un bas salaire et qui sont employés dans un secteur encore fermé le 1er mars.

L’offre de formation pour les chômeurs temporaires sera renforcée.

Le crédit-temps ou l’interruption de carrière pourra être utilisé de manière plus flexible pour permettre aux travailleurs de reprendre temporairement leur activité.

Trente millions d’euros seront octroyés aux CPAS pour des aides supplémentaires au bénéfice des jeunes et des étudiants de 18 à 25 ans en difficulté.

Indemnités de travail revues à la hausse

Les indemnités de télétravail augmenteront également, aussi bien pour les salariés que dans la fonction publique. Dans la fonction publique, le télétravail est très bien respecté mais il engendre des préoccupations en termes pratiques mais aussi psychiques. La ministre Petra De Sutter a annoncé le lancement d’une campagne de prévention du burn-out. Un outil d’évaluation «Burnout Assesment Tool» fera l’objet d’une campagne de promotion.

Parmi les mesures prolongées figure le droit passerelle qui a été doublé dans les secteurs contraints de fermer. Le montant des dépenses totales dépasse désormais 3,5 milliards d’euros et le montant des dépenses liées au double droit passerelle, le milliard d’euros, a indiqué le ministre des Indépendants, David Clarinval.

Enfin, le gel de la dégressivité des allocations de chômage est aussi du lot des prolongations.

 

L’UCM salue la prolongation des mesures de soutien décidée par le gouvernement fédéral

L’UCM se réjouit de la prolongation jusqu’en juin inclus du double droit passerelle dans les secteurs à l’arrêt et de la prolongation du droit passerelle «de reprise» pour les indépendants qui subissent une forte réduction de leurs rentrées financières dans le contexte de crise sanitaire.

L’Union des classes moyennes est également satisfaite de la prolongation de l’exonération fiscale des aides communales, provinciales et régionales pour les sommes versées en 2021.

«D’autre part, une réduction fiscale est accordée aux propriétaires qui acceptent de ‘laisser tomber’ une partie d’un loyer professionnel. Cet avantage complète le dispositif mis en place par la Flandre et Bruxelles pour proposer une solution en matière de baux commerciaux. La Wallonie n’a plus d’excuse pour ne pas bouger», ajoute l’UCM.

Ces mesures maintenant prolongées, l’organisation d’indépendants demande «une perspective de retour à la vie normale». Elle «réclame avec force que le 26 février (date du prochain Comité de concertation, NDLR), un calendrier de réouverture de l’ensemble des activités soit établi, en lien avec une campagne de vaccination intensive. Quand la population à risque sera protégée, il serait abusif de continuer à interdire à des dizaines de milliers d’hommes et de femmes d’exercer leur métier et de gagner leur vie.»

Satisfait des mesures de soutien, le secteur des mariages demande des perspectives

Le secteur des mariages est satisfait de la prolongation des mesures de soutien par le gouvernement fédéral, mais demande des perspectives d’avenir. C’est ce qu’a déclaré vendredi la fédération des prestataires de mariage HL Belgique.

Le gouvernement fédéral a prolongé vendredi les mesures d’aide existantes pour les indépendants et les entreprises jusqu’à la fin juin. Dans le même temps, un nouveau programme de soutien aidera les secteurs les plus touchés par les conséquences de la pandémie de coronavirus. Le secteur du mariage pourra par exemple bénéficier d’une réduction des cotisations patronales en avril, mai et juin.

«Il est bon que les mesures soient prolongées. Entre autres choses, l’extension du droit passerelle et l’extension du report de paiement avec les banques (qui a déjà été approuvé début février, NDLR) sont des choses très importantes qui sont nécessaires pour pouvoir compenser cette période», a déclaré la porte-parole de la fédération, Cynthia De Clercq.

Les mesures de restrictions des contacts sociaux ne permettent de célébrer les mariages qu’en présence de 15 personnes pendant la cérémonie. Les fêtes sont toujours interdites.

«Nous avons besoin de six mois pour pouvoir redémarrer correctement. Il est donc important que nous soyons au moins à l’ordre du jour du prochain comité de concertation (prévu le 26 février, NDLR). D’autant plus que notre haute saison se situe entre juillet et septembre», souligne Mme De Clercq. L’industrie du mariage plaide également pour qu’un nombre maximum d’invités ne soit plus imposé, mais plutôt une ligne directrice basée sur la taille du lieu. «Il est assez absurde qu’une petite salle de bal et un lieu de plusieurs centaines de mètres carrés puissent accueillir le même nombre d’invités», estime-t-elle.

Le secteur de l’événementiel satisfait de la prolongation des mesures de soutien

Le secteur de l’événementiel est satisfait de la prolongation des mesures de soutien décidée vendredi par le gouvernement fédéral, a réagi Bruno Schaubroeck de l’organisation Confederation Events, qui regroupe les fédérations sectorielles BESA et Febelux et représente ainsi plus de 300 entreprises et indépendants. Le «meilleur coup de pouce», soit une réouverture partielle, n’est cependant pas encore en vue.

«Le gouvernement reconnaît par là que nous sommes l’un des secteurs les plus touchés», souligne M. Schaubroeck. «C’est très bien que les décisions soient à présent fixées sur mesure.»

Le Premier ministre Alexander De Croo a ainsi annoncé une réduction de cotisation patronale pour les mois d’avril, mai et juin pour le secteur des événements. Une enveloppe de 30 millions d’euros est prévue.

L’événementiel piaffe cependant sur la ligne de départ. «Le plus important pour nous est de pouvoir progressivement rouvrir. Ça n’a malheureusement pas encore été annoncé», conclut Bruno Schaubroeck.

+ LIRE AUSSI | Mesure d’exonération de loyer décidée par le kern: «incompréhensible» pour Comeos