article abonné offert

BELGIQUE

VIDÉOS | Avec Madame Céline, on apprend en chantant sur TikTok !

VIDÉOS | Avec Madame Céline, on apprend en chantant sur TikTok !

Madame Céline est devenue la star de ses élèves. Ils trouvent ses vidéos «trop stylées». ÉdA - J. W.

Céline Coenegrachts est institutrice et passionnée de chant. Sur TikTok, elle a réuni passion et métier! Avec elle, on append en chanson… et le succès est au rendez-vous!

Céline Coenegrachts est institutrice primaire à l’école communale Maurice Heuse de Verviers (province de Liège). Madame Céline, comme on l’appelle, a une passion: le chant.

Sur TikTok, elle n’hésite pas à associer sa passion et son métier: dans de courtes vidéos, elle explique, en chanson, les matières scolaires.

Des maths...

...à l’orthographe

Tout y passe! Des «cours particuliers» qui font son succès… Son compte @madamecelinec regroupe plus de 190 000 abonnés!

Comment avez-vous découvert TikTok?

C’était lors du premier confinement. Je m’ennuyais et j’ai entendu parler de TikTok sur Facebook. J’ai décidé de faire ma curieuse et d’aller y jeter un œil! J’ai été séduite.

Vous avez alors commencé à faire des vidéos à votre tour...

Oui! Mais, au début, c’était des petites danses, des challenges. Et puis, un jour, un ami m’a lancé un défi: créer une chanson sur les angles, accompagnée d’une chorégraphie. Je l’ai publiée, et elle a fait le buzz! Elle a été vue plus d’un million de fois, et a été reprise dans de nombreux montages.

C‘est à partir de là que j’ai commencé à faire des chansons sur les matières scolaires. Je me suis dit que ça pouvait être une bonne chose pour les enfants. Au lieu de regarder une vidéo de quelqu’un qui se casse la figure, au moins, là, ils apprendront quelque chose d’intéressant.

Comment ça se passe, la réalisation d’une vidéo?

Eh ben, franchement, ça va assez vite. Je pense à un thème et je me demande quelle chanson pourrait coller pour expliquer ça. Par exemple, je viens de faire une chanson sur les provinces et chefs-lieux, j’ai immédiatement pensé à Papaoutai de Stromae.

Une fois que j’ai la chanson, je réfléchis aux paroles. Ce qui me prend le plus de temps, c’est de trouver le début. Après ça, le reste vient tout seul. En 15 minutes, la chanson est écrite, je ne me l’explique pas!

Puis, évidemment, vient l’enregistrement de la vidéo. En tout, il me faut moins de 24 heures entre la création et la publication.

C’est quoi le plus difficile dans tout ça?

De trouver des paroles cohérentes, et faire en sorte que ça rime, sinon, ce n’est pas très joli. Et, évidemment, il faut que ce soit correct au niveau de la matière.

Quels sont les retours?

Ils sont très positifs! Beaucoup d’enfants me disent: «Oh, c’est facile, je n’avais pas compris ça comme ça.» Ils se rendent compte que ce n’était finalement pas si compliqué que ça. C’est le message que je voulais faire passer: on peut apprendre les choses en toute simplicité.

Et avec vos élèves, vous utilisez vos vidéos?

Oui, ça arrive. La plupart du temps, quand je fais une vidéo, c’est parce que je vois justement ce thème-là en classe. C’est plus ludique. Ils voient Madame qui fait l’andouille, ils rigolent et retiennent ainsi. Parfois, pendant un contrôle, ils ne savent plus la réponse. Je fais alors le geste de la chanson, et, directement, ils me disent: «Ah oui, ce passage-là! » Comme quoi, ça reste en tête!

Le sondage de la semaine