TUBIZE

VIDÉO | Accroché à un train en marche, un ado se filme sur TikTok: le «train-surfing» inquiète

Alors qu’une campagne de sécurité de la SNCB contre les incursions sur les rails vient tout juste d’être lancée, des adolescents ont partagé sur Tik Tok, une vidéo de l’un d’entre eux s’agrippant à un train en marche.

Venu d’Inde et de Russie, le phénomène des «train surfers» inquiète de plus en plus. Cette pratique à haut risque consistant à se suspendre aux trains en marche est «rare», mais elle a tout de même fait un mort et un blessé grave l’an dernier.

Pourtant des jeunes continuent de s’adonner à cette activité très dangereuse. En témoigne une vidéo publiée par des adolescents sur le réseau social Tik Tok où l’on peut voir un ado s’amuser de son ami accroché à un train en marche, au départ de la gare de Tubize. L’ado accroché au train prend même le risque de se filmer, ne gardant qu’une main sur le wagon.

Interrogé par nos confrères de RTL Info, le porte-parole d’Infrabel a rappelé les dangers auxquels s’exposent ces jeunes. «Le risque principal est qu’ils chutent et en meurent: un train avance à une vitesse pouvant atteindre 130 km/h. Par ailleurs, ils peuvent atterrir sur la voie opposée et être écrasés par un train arrivant en sens inverse», précise Frédéric Sacré avant d’également insister sur les risques d’électrocution s’ils s’approchent du toit.

Campagne de sécurité d’Infrabel: «Qu’ils ne prennent pas ces risques»

Une vidéo qui surgit au moment du lancement d’une campagne de sécurité de la SNCB contre les incursions sur les voies de chemin de fer.

Près de 7 ans après le décès de la jeune Charlotte, happée par un train alors qu’elle prenait des photos sur les rails, sa maman Carla avait justement accepté de participer à cette campagne de sensibilisation pour mettre en garde les enfants.

«Qu’ils ne prennent pas ces risques. Se mettre en danger et puis, peut-être, mourir et laisser les gens derrière eux, cassés, parce qu’ils n’ont pas écouté, parce qu’ils ne se rendent pas compte que l’on meurt un peu aussi», confie la maman de la jeune fille, âgée seulement de 12 ans au moment de sa mort.

Selon Infrabel, 14 personnes sont décédées l’an dernier en s’aventurant sur les rails ou dans un accident à un passage à niveau.