JOGGING

Pas de Zatopek en famille cette année

Pas de Zatopek en famille cette année

Déjà reportée de janvier à février, la manche n’aura pas lieu. CLD-Imagesports

Le jogging devait avoir lieu le 21 février prochain à Visé, ce ne sera finalement pas le cas. L’organisateur fulmine.

Initialement prévue le 24 janvier, puis reportée au 21 février prochain, la Zatopek en famille (Visé, jogging de 10 km et trail de 18 km) n’aura finalement pas lieu. La raison: le refus des autorités d’accorder le feu vert pour une manifestation (sportive) susceptible de rassembler plus de quatre personnes, même à l’extérieur. «Le plan A, avec un départ groupé, n’était pas possible et nous le comprenons» explique Jean-Paul Bruwier, organisateur. «Un plan B avec des vagues de coureurs de maximum quatre personnes a été proposé mais ce n’était pas possible non plus.» Du coup, un plan C, «qui prévoyait un maximum d’une quarantaine de coureurs par heure» a alors été soumis, mais rejeté lui aussi. «Où sont les risques d’une activité extérieure sans contact à 5, 20 ou 40? Sur quelles études se base-t-on pour interdire de courir à plus de quatre dans un bois?» s’interroge Jean-Paul Bruwier, devant se résoudre à annuler le jogging, même sous une forme assouplie. «On s’empresse de préciser que les autorités proches du dossier: bourgmestre, échevin, responsables des sports ou police locale ont soutenu constructivement ces propositions. Mais la hiérarchie, se basant sur des interprétations (très) strictes de circulaires plutôt que sur la réalité de terrain, interdisent A, B et même C» avance l’organisateur visétois, plutôt remonté devant ce refus. «Cela fait un an qu’on annule tout, sans discernement» dit-il à propos des mesures anti-Covid valables à peu près partout sur le territoire. «Avec notre organisation, nous voulions servir d’exemple pour les plus grandes courses, et montrer qu’il est possible d’organiser quelque chose» embraye-t-il.

«Notre porte reste ouverte»

Du côté de l’autorité communale, l’échevin visétois des Sports comprend la déception de l’organisateur mais rappelle que des mesures sont en vigueur et doivent être respectées. «Nous soutenons la démarche mais on doit aussi entendre l’avis négatif de la police et de son arrêté qui vise l’interdiction des rassemblements» explique Julien Woolf. «Nous sommes dans une certaine réalité qu’on doit accepter. Mais notre porte reste ouverte, si Jean-Paul Bruwier souhaite postposer l’événement à une date ultérieure quand les mesures seront peut-être assouplies. Faisons preuve de patience, ce n’est qu’une question de temps pour que Visé redevienne une ville sportive» complète-t-il diplomatiquement.

Toutefois, un report de la Zatopek n’est pas à l’ordre du jour. «Ce ne serait pas fair-play pour d’autres organisations de venir encombrer le calendrier à un autre moment» commente l’organisateur.