«Ceci n’est pas un complot»: Yves Coppieters craint «un effet contre-productif»

«Ceci n’est pas un complot»: Yves Coppieters craint «un effet contre-productif»

Yves Coppieters: «Je ne pense pas, comme le suggère le réalisateur du film, que les médias cherchent toujours à faire peur au public.» Reporters

Parmi les 11 intervenants coupés au montage, Yves Coppieters, épidémiologiste à l’École de Santé publique de l’ULB, reste mitigé à la vision du documentaire.

«Je ne critique pas la démarche journalistique et je trouve même que c’est très intéressant d’alimenter le débat public, mais je m’interroge sur certaines des critiques formulées à l’égard des médias, par exemple.»

+ À LIRE AUSSI | «Ceci n’est pas un complot», le documentaire qui fait polémique: «Un film orienté»

Interrogé par Bernard Crutzen à la fin de la première vague, Yves Coppieters regrette surtout l’impact que risque d’avoir ce film sur la campagne de vaccination.

+ À LIRE AUSSI | Bernard Crutzen en tournage : « La façon dont les médias racontent le Covid est surréaliste »

«Ce documentaire tombe à un mauvais moment car nous sommes à un tournant dans la lutte contre le coronavirus. Ce serait dommage que certains Belges refusent de se faire vacciner uniquement parce qu’ils n’ont plus confiance dans le gouvernement, déplore-t-il. Il est bon de s’interroger sur notre société et ses restrictions, mais ce film pourrait bien avoir un effet contre-productif.»