JUDICIAIRE

Il tente de tuer ses parents à deux reprises, Il ruine le travail de son avocat, Un voleur de voiture pas doué: 10 histoires judiciaires survenues en Wallonie

Il tente de tuer ses parents à deux reprises, Il ruine le travail de son avocat, Un voleur de voiture pas doué: 10 histoires judiciaires survenues en Wallonie

Falko Matte - stock.adobe.com

Double tentative de parricide: une plongée dans un contexte familial baigné par l’alcool et la maltraitance quotidienne; Une défense qui fut loin d’être opportune; Un voleur de voiture peu inspiré… Découvrez 10 histoires survenues cette semaine dans les tribunaux en Wallonie.

Conflit de voisinage, vol, infraction au code de la route, agression, autant de motifs de se retrouver face au tribunal. S’il existe une multitude d’alternatives pour l’éviter, force est de constater que nos tribunaux sont pleins. Face à ces hommes et ces femmes pris en défaut: un juge. À lui de juger les arguments de chacun pour ensuite opter pour la compréhension, le sermon et parfois la punition.

 

 

L’Avenir vous invite à découvrir ces petites scènes insolites de vos tribunaux mais aussi des tranches de vie.

 

1.Il tente de tuer ses parents, sur fond de violences familiales et d’alcoolisme

 

Les audiences sont parfois comme une fenêtre qui s’ouvre sur une détresse abyssale. Dans la maison familiale de Fosses, le prévenu s’en est pris physiquement à ses parents, à deux reprises. Le 30 mai 2015, il menace son père avec un cutter et le coupe à la gorge. Le 21 juillet 2018, c’est sa maman qui va recevoir une dizaine de coups de couteau au visage et aux mains. Deux scènes qui s’inscrivent dans un contexte familial qui l’est tout autant. Entre alcool et maltraitance quotidienne, le prévenu a répondu par la violence.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

 

2.Désœuvré et à la rue, l’amoureux de ces dames était devenu leur harceleur

 

Fleurs, sous-vêtements, déclaration d’amour… Le SDF avait sorti le grand jeu pour séduire l’assistante sociale et la psychologue qui l’aidaient. Sauf qu’elles avaient gentiment refusé ses avances et qu’il avait persévéré, de manière inquiétante.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

 

 

La citation de la semaine

 

 

M’obliger à arrêter le cannabis? Pas top!

 

+LIRE LE COMPTE-RENDU

 

 

3.Il vole une voiture et tente de la revendre… sur le lieu de travail du mari de la victime

 

Il pensait à un coup facile: s’emparer d’une Mercedes non verrouillée avec les clefs sur le contact et la revendre rapidement. Sauf que ce jeune voleur (18 ans au moment des faits) a tenté de revendre son butin sur le lieu de travail du mari de la victime. Une histoire rocambolesque et une affaire rapidement bouclée.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

 

4.En une phrase, il ruine le travail de son avocat

 

Cette semaine, Jimmy, un Gaumais de 26 ans, et son avocat étaient présents au tribunal pour faire opposition à sa condamnation, en décembre, pour, entre autres, l’agression gratuite et à caractère raciste, d’un couple de retraités. Après avoir fait amende honorable, Jimmy reçoit une dernière fois la parole avant la clôture des débats. Et c’est là que les vieux démons sont revenus au galop. «Vous venez de ruiner tout le travail de votre avocat».

+LIRE LE COMPTE-RENDU

 

5.Un C4, et des écorchures en prime

 

Un gérant d’une société de navettes est poursuivi pour avoir empoigné son employé qui refusait de signer son document de licenciement. L’employé a quitté le bureau en emportant la clé de l’un des véhicules… Ce qui n’a pas plu au gérant de la société de navettes.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

 

6.La police pense à un braqueur, elle découvre qu’il est dealer

 

Lorsque les services de la Zone de police du Condroz débarquent en février 2019 au domicile de ce jeune Hutois, alors âgé de 19 ans, ils sont plutôt surpris.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

 

On vous raconte la suite

Le nougat n’avait pas un goût d’escroquerie

Installé à un feu rouge pour vendre du nougat aux automobilistes, ce ressortissant français était insistant. Mais a-t-il dépassé les bornes? Le parquet le poursuivait en tout cas pour entrave méchante à la circulation et pour extorsion. La présidente du tribunal n’est pas de cet avis.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

Le lanceur de burgers dans la prison aurait dû s’abstenir

Une affaire surprenante. Tout commence par un lancer des burgers dans la cour de la prison. Le lanceur est alors contrôlé par la police qui découvre 2 000€ dans son véhicule et 178,4 g de cannabis à son domicile. Il n’en fallait pas plus pour éveiller des soupçons de trafic de drogue.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

Le domicile du défunt a bien été violé

Dans une précédente chronique, nous avions fait écho de cette plaidoirie surprenante.

Le 5 mars 2020, le prévenu et son comparse avaient été surpris au petit matin alors qu’ils dormaient dans l’habitation d’une habitante d’Yvoir décédée depuis peu. Condamné à 15 mois de prison ferme pour vol et violation de domicile, le prévenu a fait opposition de son jugement. Au cours des plaidoiries, l’avocat de la défense a soulevé la question de savoir s’il pouvait toujours être question de violation de domicile dès lors que, à la suite du décès de l’occupante, les lieux n’étaient plus occupés.

+LIRE LE COMPTE-RENDU