MONDE

Joe Biden: «Nous avons déjà attendu trop longtemps pour faire face à cette crise climatique»

Joe Biden: «Nous avons déjà attendu trop longtemps pour faire face à cette crise climatique»

Joe Biden a annoncé l’organisation par les Etats-Unis d’un sommet de dirigeants sur le climat le 22 avril, le jour de la Terre. AFP

Le nouveau président américain Joe Biden l’affirme: les Etats-Unis doivent «guider la réponse mondiale» à la crise du climat. Il a annoncé l’organisation par son pays d’un sommet de dirigeants sur le climat le 22 avril, le jour de la Terre.

Les Etats-Unis doivent «guider la réponse mondiale» à la crise du climat, a affirmé ce mercredi le président américain Joe Biden, avant de signer des décrets visant à lutter contre le réchauffement climatique.

«De même que nous avons besoin d’une réponse nationale unie face au Covid-19, nous avons désespérément besoin d’une réponse nationale unie à la crise climatique, car il existe bien une crise climatique», a-t-il déclaré.

Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps

Joe Biden a annoncé l’organisation par les Etats-Unis d’un sommet de dirigeants sur le climat le 22 avril, le jour de la Terre. Cette date correspond aussi au cinquième anniversaire de la signature de l’accord de Paris, que les Etats-Unis ont à nouveau rejoint quelques heures après l’entrée en fonction du nouveau président.

«Nous avons déjà attendu trop longtemps pour faire face à cette crise climatique. Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps. Nous le voyons de nos propres yeux. Nous le ressentons dans notre for intérieur. Et il est temps d’agir», a-t-il alerté.

«Ces sujets ne seront jamais marchandés pour quoi que ce soit qui ait à voir avec le climat»

Les négociations sur le climat ne feront pas partie d’un marchandage pour obtenir des résultats dans les conflits commerciaux et diplomatiques avec la Chine, a affirmé ce mercredi l’émissaire américain pour le climat, John Kerry.

«Nous avons des différends sérieux avec la Chine sur des sujets très importants», a dit M. Kerry, citant «le vol de propriété intellectuelle, l’accès au marché, la mer de Chine méridionale».

«Ces sujets ne seront jamais marchandés pour quoi que ce soit qui ait à voir avec le climat» qui est «un sujet distinct», a-t-il assuré lors d’un briefing à la Maison Blanche.

Si vous ajoutez l’Union européenne, ces trois entités génèrent plus de 55%» des émissions mondiales

La Chine «représente 30% des émissions (de dioxine de carbone) dans le monde, nous représentons 15%, si vous ajoutez l’Union européenne, ces trois entités génèrent plus de 55%» des émissions mondiales, a-t-il expliqué.

«Il est donc urgent de trouver un moyen de compartimenter et d’avancer» sur une baisse de ces émissions. Mais, a-t-il précisé, le président américain Joe Biden «a été très, très clair sur la nécessité de s’attaquer aux autres problèmes avec la Chine» et «rien ne va être siphonné d’un sujet à l’autre».

L’administration Biden a promis de rester ferme face à la Chine, accusée de pratiques commerciales «abusives, injustes et illégales» par la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

En 2018, Donald Trump avait déclenché une guerre commerciale contre Pékin qui a duré près de deux ans jusqu’à la signature d’un accord en janvier 2020.

Washington veut aussi contrer la montée en puissance diplomatique et militaire de Pékin, qui revendique notamment la quasi-totalité des îles de la mer de Chine méridionale, ce que contestent d’autres pays riverains.