BRUXELLES

Pour éviter «la mort prématurée», le café Au Daringman lance un crowdfunding

Pour éviter «la mort prématurée», le café Au Daringman lance un crowdfunding

Au Daringman est un café connu du centre de Bruxelles. Google Street View

Au Daringman, café réputé du centre de Bruxelles, en appelle à la solidarité de ses clients, «comme InBev n’en fait pas preuve»: un crowdfunding est lancé pour éviter la faillite.

Le fameux café Au Daringman, institution de la rue de Flandre, entre les quartiers Sainte-Catherine et Dansaert du centre de Bruxelles, craint bel et bien une «mort prématurée». Aussi, son emblématique patronne Martine Peeters a-t-elle lancé une cagnotte participative.

«Personne n’est prêt à arrêter à cause du virus. Ni les clients, ni l’équipe du bar», écrit la tenancière dans son plaidoyer. «Mais pour continuer, le loyer doit être payé à InBev. Comme InBev fait preuve de peu de solidarité avec l’industrie horeca, nous faisons appel à la vôtre».

Pour vous inciter à participer, si la perspective de reposer un jour votre coude sur le formica du bruin café classé en 2012 parmi les meilleurs bars du monde ne suffit pas, le Daringman s’est associé avec des associations partenaires et des habitués de ses banquettes pour vous offrir quelques contreparties. L’enseigne upcycling Orybany, l’atelier de cuisine ArtiZan de l’organisation d’économie sociale Atelier Groot Eiland, son resto Bel Mundo ou l’outilthèque Tournevie y participent. C’est ça aussi, la solidarité dans un quartier.

À l’heure de publier cet article, 333 contributeurs ont réuni une cagnotte de plus de 13.500€.