article abonné offert

MONDE

De faux oeufs pour sauver les tortues

C’est une idée originale qu’a eue le Costa Rica (Amérique centrale) pour lutter contre le braconnage des tortues: placer de faux œufs, équipés d’un GPS.

Les tortues marines et particulièrement leurs œufs sont victimes du braconnage (chasse illégale). Présentes depuis 150 millions d’années dans nos mers et océans, elles sont aujourd’hui menacées de disparition. Ce qui n’empêche pas les braconniers de détruire chaque année des centaines de nids de tortues pour ensuite vendre leurs œufs. Il reste pourtant très difficile d’arrêter ces braconniers et de connaître leurs déplacements…

Un projet malin

Au Costa Rica, pour lutter contre cette pratique, des chercheurs britanniques et une organisation de sauvegarde de la nature d’Amérique centrale, Paso Pacifico, se sont associés et ont créé «InvestEGGator».

«InvestEGGator» est un jeu de mot formé à partir d’egg (œuf, en anglais) et investigator (enquêteur). L’idée? Fabriquer de faux œufs de tortue, les équiper d’une balise GPS (un système de localisation) et les placer dans de vrais nids de tortues, sur les plages. De cette façon, si un braconnier s’empare de l’un des faux œufs, les chercheurs peuvent suivre sa trace. Cela permet de connaître les endroits où sont emmenés ces œufs, dans quel pays, quelle ville, savoir qui les consomme… Au Costa Rica, les chercheurs se sont rendu compte que, la plupart du temps, les œufs ne quittaient pas la région. Cette information est importante car les autorités savent désormais que leur travail pour protéger les tortues doit se concentrer sur la sensibilisation (la prise de conscience) des habitants, leur faire comprendre que le braconnage risque un jour de faire disparaître les tortues de la planète.

Aucun risque

Ces faux œufs sont fabriqués grâce à une imprimante 3D et ensuite peints pour ressembler comme deux gouttes d’eau à des vrais.

Pour être certain de ne pas mettre en danger la vie des tortues, les scientifiques du projet ont d’abord vérifié que les faux œufs ne risquaient pas d’abîmer les vrais œufs. Il n’y a aucun risque. Le projet ayant rencontré un franc succès, il devrait maintenant voir le jour dans d’autres pays d’Amérique centrale.

L’organisation Paso Pacifico aimerait désormais utiliser ce dispositif pour les œufs des perroquets, eux aussi victimes de braconnage.

Le sondage de la semaine