NAMUR

Le personnel de Mega World manifeste devant le Parlement wallon

À l’initiative de la FGTB, une trentaine d’anciens collaborateurs de la chaîne de magasins Mega World - auparavant Blokker - ont manifesté mardi matin devant le Parlement wallon, à Namur.

Ils voulaient interpeller les politiques sur la façon dont est gérée la faillite de leur entreprise depuis fin décembre, alors qu’ils n’ont toujours pas reçu leur certificat de chômage.

La faillite de Mega World a été prononcée le 22 décembre. Depuis, ses 672 travailleurs attendent les documents administratifs qui doivent leur permettre d’ouvrir un nouveau chapitre. La plupart sont donc actuellement sans statut et sans revenu.

«L’ex-patron n’a pas rentré les données correctes au secrétariat social. Donc, le curateur a dû remettre de l’ordre», a expliqué Christophe Bouvier, secrétaire permanent Setca-FGTB Brabant wallon, en charge du dossier au niveau national.

«Cela a mis le personnel dans une posture très compliquée et il se sent aujourd’hui oublié par le politique. Qui plus est, lorsque l’entrepreneur néerlandais Dirk Bron a repris l’entreprise en février 2020, il était déjà sous le coup d’une enquête judiciaire aux Pays-Bas pour faux, usage de faux et détournement de fonds. Comment a-t-on pu laisser un truand notoire jouer avec l’avenir et la vie de 650 personnes?»

Comment a-t-on pu laisser un truand notoire jouer avec l’avenir et la vie de 650 personnes?

«Le curateur nous a indiqué hier soir que les documents attendus devraient enfin être envoyés cette semaine. Ce serait un réel soulagement. Mais en attendant, de nombreuses personnes seront restées sans revenu ou ont dû faire appel au CPAS, pour peu qu’il accepte leur demande. Certains ont même dû retourner vivre chez leurs parents. Nous avons donc maintenu notre action pour dénoncer la situation», a-t-il ajouté.

«Le gouvernement se soucie fortement de la restructuration de FedEx, qui concerne 650 emplois. Mega World, on ne s’intéresse pas à son cas. Ce n’est pas normal», a-t-il conclu.

Le gouvernement se soucie fortement de la restructuration de FedEx, qui concerne 650 emplois. Mega World, on ne s’intéresse pas à son cas. Ce n’est pas normal

En marge de la commission de l’emploi qui se tenait mardi au Parlement wallon, le vice-Président de la Wallonie, Willy Borsus, est venu à la rencontre des manifestants. Un rendez-vous devrait être convenu dans les jours qui viennent.

L’entreprise Mega World comptait plus de 120 magasins en Belgique. Elle avait plus de 40 millions d’euros de dettes au moment de sa faillite. Au préalable, un plan de réorganisation judiciaire avait été sollicité mais rejeté par le tribunal de l’entreprise et par la cour d’appel d’Anvers, car les prévisions de bénéfices avaient été jugées irréalistes. Des candidats repreneurs se sont présentés, mais sans succès.