Sciensano analyse les dernières tendances belges: «1 infection sur 5 diagnostiquée chez les enfants et les adolescents»

L’Institut scientifique de Santé publique Sciensano analyse les dernières tendances de l’épidémie pour la Belgique.

C’est en dévoilant les derniers que chiffres sur le variant britannique que la conférence de presse a débuté. Si le pourcentage est encore incertain, on estime que 10 à 20% des infections seraient dues à la variante britannique. Un chiffre qui pourrait être plus élevé le virologue Steven Van Gucht.

« Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes car il y a une tendance à analyser plus de souches qui proviennent de cluster et on s’attend à retrouver ce variant plus présent dans ce type de situation. Le virus fait donc de nouveau pression sur nous pour différentes raisons. Elle est liée à différents facteurs. On constate une augmentation des contacts rapprochés, l’effet saisonnier où nous sommes à l’intérieur, mais aussi à cause de la mobilité liée au travail. Et ce plus particulièrement en Wallonie et à Bruxelles où les gens se déplacent plus pour le travail. Par ailleurs, c’est aussi à cause de la contagiosité plus élevée de certains variants» précise Yves Van Laethem. «Mais nous pouvons contrer cela en appliquant les mesures que nous connaissons bien».

 

«Une personne que vous n’avez pas vue, vous ne pouvez pas l’infecter»

 

 

1 infection sur 5 chez les enfants et les adolescents

 

Le porte-parole est revenu sur les derniers chiffres. Si on constate une hausse des contaminations et des hospitalisations, les chiffres de décès se stabilisent. «Mais on note une augmentation des hospitalisations chez les personnes de plus de 60 ans et 70 ans.»

La plus grande hausse de contaminations a été constatée dans la province de Limbourg, avec une augmentation de 25% .

La région de Bruxelles-Capitale et la province de Luxembourg observent une baisse. «Il faut prendre les chiffres de Bruxelles avec des pincettes car on les compare à une période correspondant aux retours des voyageurs».

Le plus grand nombre de cas a été observé dans la province d’Anvers et dans les deux Flandre.

Sciensano analyse les dernières tendances belges: «1 infection sur 5 diagnostiquée chez les enfants et les adolescents»
-
Près d’une infection sur cinq est actuellement diagnostiquée chez des enfants et des adolescents dans notre pays. Le nombre de contaminations a augmenté de 84% chez les enfants de 0 à 9 ans en une semaine, un chiffre plus faible chez les ados avec une hausse de 18%.

La hausse des tests dans les écoles est certainement une des explications à ces chiffres.

Au niveau des hospitalisations, l’augmentation se constate dans tout le pays. 1958 patients sont hospitalisés dont 324 sont aux soins intensifs et 60% sont sous respirateur.

Pour les décès, les chiffres fluctuent également. On dénombre encore 50 décès par jour.

Karine Moykens, présidente du Comité interfédéral «Testing & Tracing», a pris la parole: «Nous ne sommes pas dans une phase où nous pourrons lâcher du lest en ce moment, nous devons continuer à lutter ensemble.»

Elle est revenue en détail sur la nouvelle stratégie de testing du gouvernement. + A LIRE

 

 

Les chiffres

 

Le nombre moyen d’infections au Sars-Cov-2 semble repartir à la hausse, avec 2.119,7 nouveaux cas quotidiens sur la période du 16 au 22 janvier. (+5% par rapport à la période de calcul précédente).

Les hospitalisations, en hausse de 17%, sont en moyenne de 135,3 par jour entre le 19 et le 25 janvier, selon les chiffres provisoires de l’Institut de santé publique Sciensano publiés mardi matin.

Du 16 au 22 janvier, une moyenne de 49,9 personnes par jour sont mortes des suites du coronavirus (-3,6%), pour un total de 20.814 depuis l’apparition du virus en Belgique.