JUDICIAIRE

Radars saccagés à la dépanneuse, Exploité dans une ferme, La jardinerie faisait aussi dans le cannabis… 10 étonnantes affaires judiciaires en Wallonie

Radars saccagés à la dépanneuse, Exploité dans une ferme, La jardinerie faisait aussi dans le cannabis… 10 étonnantes affaires judiciaires en Wallonie

«Je sais qu’il s’agit de matériel de haute précision et que s’ils ne sont pas précisément dans l’axe de la route, ils ne flashent plus.» Le prévenu a d’abord essayé avec sa voiture, sans succès. Il est ensuite passé au modèle plus gros. EdA Philippe Labeye

Exploité dans une ferme, il vivait dans un studio sans l’eau courante; Furieux d’avoir été flashé par un Lidar, il en saccage plusieurs à la dépanneuse; Ce jour-là, à la barre, c’était le gang des amnésiques. Découvrez 10 histoires survenues cette semaine dans les tribunaux en Wallonie.

Conflit de voisinage, vol, infraction au code de la route, agression, autant de motifs de se retrouver face au tribunal. S’il existe une multitude d’alternatives pour l’éviter, force est de constater que nos tribunaux sont pleins. Face à ces hommes et ces femmes pris en défaut: un juge. À lui de juger les arguments de chacun pour ensuite opter pour la compréhension, le sermon et parfois la punition.

L’Avenir vous invite à découvrir ces petites scènes insolites de vos tribunaux mais aussi des tranches de vie.

1.L’ouvrier agricole avait été exploité dans une ferme

Toute cette affaire a débuté lorsque le sexagénaire s’est rendu dans un commissariat de police pour expliquer qu’il était exploité dans une ferme à Oreye. Il a expliqué qu’une mère et son fils le faisaient travailler tout en le traitant mal. Il devait couper du bois, entretenir les champs, soigner les bêtes et entretenir la ferme de manière générale en effectuant des travaux de maçonnerie ou encore de menuiserie. Il était logé dans un studio aménagé dans une ancienne laiterie, d’une dimension de 3 mètres sur 4 mètres. Ce logement était mal isolé et il n’y avait pas d’eau courante.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

2.Énervé d’avoir été flashé, il endommage des lidars avec un camion de dépannage

L’homme qui reconnaît l’un des faits qui lui sont reprochés, a expliqué lors de l’audience s’être fait flasher à plusieurs reprises alors qu’il circulait sur l’autoroute. Énervé, il aurait alors décidé de s’en prendre aux lidars en les déplaçant. «Je sais qu’il s’agit de matériel de haute précision et que s’ils ne sont pas précisément dans l’axe de la route, ils ne flashent plus.» Il a d’abord essayé avec sa voiture, sans succès. Il est ensuite passé au modèle plus gros.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

La citation de la semaine

Vous rendez-vous compte que ce que vous avez fait est odieux, crapuleux, immonde! Il s’en est fallu de peu pour que la victime ne soit plus là!

+LIRE LE COMPTE-RENDU

3.Terra Terra: ils avaient la main verte pour le cannabis

Terra Terra, une enseigne que l’on retrouve à Jambes, Marcinelle, Genval, Jette et Ixelles, n’a pas uniquement suscité l’intérêt des amateurs de jardinage en version indoor. Les différentes implantations, leurs patrons et le personnel, ont fait l’objet d’une enquête au niveau fédéral. Devant le tribunal correctionnel de Namur ceux-ci doivent répondre d’organisation criminelle ayant facilité la commission d’infractions à la loi sur les stupéfiants, de blanchiment et, pour certains, de détention.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

4.Le gang des amnésiques au tribunal

On sait que la maladie d’Alzheimer touche régulièrement des gens âgés, mais quatre jeunes Tournaisiens semblent également en souffrir… Lundi, devant le tribunal correctionnel, ils devaient s’expliquer pour des faits de coups et blessures, ainsi que pour la destruction d’une porte. Mais face aux différentes questions posées, tous répondaient de la même manière: «Je n’ai aucun souvenir de cette soirée». Ils affirment pourtant également ne pas avoir été sous influence.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

5.La dealeuse a réussi à changer de vie

Il y a quelques mois, dans cette chronique, nous vous avions parlé du programme de la chambre de traitement de la toxicomanie de Charleroi, lancé en janvier 2020. Un an plus tard, Clélia, pionnière du programme fait la fierté des responsables.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

6.Les 20 bières spéciales l’ont énervé

En cette soirée de décembre 2018, la situation s’envenime dans une famille d’Hastière. Après avoir bu 20 bières spéciales, un jeune homme veut en venir aux mains avec son frère. La police est appelée sur place et est menacée. L’homme doit être maîtrisé. Tout cela aurait pu se terminer par le paiement d’une transaction pénale. Sauf que le prévenu n’a pas versé l’argent. Il se retrouve à nouveau au tribunal.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

7.Trois fans du circuit court

La démarche un peu hésitante, la cinquantaine pas vraiment triomphante qui s’annonce… Ces trois-là n’ont ni la carrure, ni le train de vie démentiel de barons de la drogue colombiens. Deux cousins et un copain ont ainsi décidé, sans ambitions démesurées, de se lancer dans la culture de cannabis. Ils font pousser les plants dans plusieurs pièces de cette maison louée à la grand-mère de Vincent.

Mais artisanal rime avec pénal.

+LIRE LE COMPTE-RENDU

On vous raconte la suite

Après un déjeuner d’affaires, le patron avait mis six voitures dans le décor

Au sortir d’un déjeuner d’affaires, le patron d’une société qui emploie 50 personnes provoque deux accidents successifs…

Le patron se retrouve en justice pour deux préventions identiques d’entrave méchante à la circulation commises à 40 minutes d’intervalle

+LIRE LE COMPTE-RENDU

Le chauffeur fou de 62 ans avait été trahi par son moteur

Tous les usagers de la route ont échappé au pire lorsque Pierre a volontairement accéléré au volant de sa Golf GTI pour fuir la police à ses trousses. Même l’épouse de Pierre avait confié «avoir vu la mort de près» à la suite du comportement de son mari. «J’ai paniqué sachant que je n’avais pas d’assurance ni d’immatriculation. Je n’ai pas réfléchi à tout ça et j’ai accéléré.»

Pour échapper aux policiers, le prévenu de 62 ans avait notamment emprunté les trottoirs pour éviter les voitures ou encore fait mine de foncer sur une deuxième équipe venue en renfort.

Au tribunal, le prévenu s’en sort finalement bien.

+LIRE LE COMPTE-RENDU