article abonné offert

NIVELLES

Escroquerie au digipass

Prince M., qui émarge au CPAS (Centre public d’action sociale) auquel il a fait croire à cinq reprises à la perte de sa carte d’identité, écope par défaut d’une peine de dix mois de prison avec sursis et d’une amende ferme de 1600 euros pour deux préventions (2018).

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 22 des 62 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?