CORONAVIRUS

Les gouverneurs insistent sur la mise à disposition des données

Les gouverneurs insistent sur la mise à disposition des données

Cathy Berx BELGA

Entendus par la commission spéciale Covid de la Chambre, les gouverneurs du Brabant Wallon Gilles Mahieu et de la province d’Anvers Cathy Berx ont plaidé vendredi, en faveur d’une mise à disposition plus large et transparente des données concernant l’épidémie de coronavirus.

«Au début, c’était du bricolage. Nous avions (le bulletin de) Sciensano et on consultait la presse», a raconté Gilles Mahieu.

«Nous avions peu d’informations validées. Nous avons ainsi vite travaillé avec la centrale d’appel 112 et nous avons constaté une corrélation forte entre les appels pour des courses Covid et l’occupation des hôpitaux. Je continue encore aujourd’hui à collecter cette information. Par la suite, on a reçu les informations sur le nombre de clusters. Mais nous n’avons toujours aucune information utile par rapport à l’analyse de ces clusters. Sur leur origine, les analyses sont nulles. Cela me fait hurler. L’analyse de l’origine des contaminations est un facteur manquant. Avec l’UCLouvain, on a mis en place nos propres réseaux d’information.»

Pour Gilles Mahieu, il est nécessaire de «briser les cloisonnements. Se cacher derrière le RGPD pour ne pas transmettre des informations sur les écoles où se développe un cluster est pathétique.»

«L’information, l’échange des données, les chiffres jouent un rôle crucial» dans la gestion de la crise, a renchéri Cathy Berx, soulignant l’«importance de connaître les sites à risque» «Personne n’a demandé le nom de qui est tombé malade. Nous, nous voulions tout simplement savoir quels étaient les quartiers où des problèmes spécifiques étaient identifiés.»Actuellement, «nous le voyons sur le terrain, les chiffres semblent stables, alors qu’ils sont bien pires. On observe des clusters dans des écoles. On s’attend quand même au pire.»

Mme Berx a aussi pointé l’importance de disposer de données sur le respect du télétravail et le développement de contaminations sur le lieu de travail.

Les gouverneurs ont aussi plaidé pour l’«importance d’avoir une stratégie claire et explicitée» et «une communication cohérente auprès de la population». «Nous sommes encore confrontés à une communication contradictoire et cela a un impact sur la motivation de gens», a développé Mme Berx. «Voir des trains et des bus bondés et, en même temps, dire qu’on ne peut pas faire du shopping à deux.... La cohérence dans la communication est d’une importance capitale! «

Gilles Mahieu a aussi appelé à «intégrer la menace complotiste et la radicalisation populiste». «On a des gens qui parviennent à diffuser des messages extrêmement dangereux dans un contexte de crise.» «99,9% de la population respectent les mesures. J’ai observé très peu de cas de délation», a-t-il néanmoins salué.

Les gouverneurs ont également plaidé en faveur du maintien du dispositif actuel de gestion de crise à trois niveaux: fédéral, provincial et communal, appelant toutefois à développer une «culture du risque».