SANTÉ

VIDÉO | Coronavirus: «Les Belges doivent se faire tester plus rapidement», estime Sciensano

Parce qu’il estime que «la situation reste fragile» en Belgique, l’Institut de santé publique invite les Belges à consulter dès qu’ils présentent des symptômes du Covid-19: «Il faut agir plus vite que ce n’est le cas pour le moment.»

À l’instar de la hausse des hospitalisations – «Une première depuis un mois» – les dernières tendances belges observées dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ne ravissent plus Sciensano.

«La situation reste fragile, résume Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral, ce vendredi matin. On se trouve sur un plateau trop élevé pour notre système de santé et pour les risques de rebond de l’infection.»

+ À LIRE AUSSI | Coronavirus : les nouveaux cas de contamination en diminution, légère hausse des hospitalisations

Parmi les solutions évoquées pour freiner toujours plus la propagation du SARS-CoV-2, Sciensano invite une fois encore les Belges à se rendre plus rapidement chez leur médecin.

Alors que tous les contacts à hauts risques devront désormais être testés le premier et le septième jour de la quarantaine à partir du lundi 25 janvier, les experts estiment en effet que les Belges mettent trop de temps – deux jours en moyenne – avant de consulter.

«Il faut agir et aller plus vite, insiste notamment Yves Van Laethem. Il faut se faire tester plus rapidement, dès les premiers symptômes légers. On a gagné du temps dans toutes les autres étapes de la procédure de test (prélèvement, résultat, callcenter,…) mais pas dans la consultation.»

+ À LIRE AUSSI | Sciensano: «Le bout du tunnel» dans les maisons de repos

Scénario à l’appui, l’Institut de santé publique rappelle que «le choix que l’on fait de se faire tester a un impact sur le reste de la population». Un choix qui doit s’opérer d’autant plus rapidement que «l’on est également contagieux dès les premiers symptômes et même avant».

Et Yves Van Laethem de conclure en précisant que c’est la proactivité des Belges «qui permettra de limiter la propagation de la pathologie» en attendant que le vaccin ne soit disponible pour tous.