LIEGE

L’homme d’affaires liégeois François Fornieri en prison, ses avocats solliciteront sa remise en liberté mardi

L’homme d’affaires liégeois François Fornieri en prison, ses avocats solliciteront sa remise en liberté mardi

Le patron de Mithra va passer la nuit en prison. BELGA

Fançois Fornieri, ancien président du comité de rémunération de Nethys, a été placé sous mandat d’arrêt ce jeudi. Il est inculpé de détournement par personne exerçant une fonction publique et abus de biens sociaux.

L’homme d’affaires liégeois François Fornieri, le CEO de l’entreprise pharmaceutique Mithra, a été placé sous mandat d’arrêt ce jeudi et conduit à la prison de Lantin. Il est inculpé de détournement par personne exerçant une fonction publique et abus de biens sociaux.

Interpellé mercredi à son domicile, il a été auditionné pendant de nombreuses heures par les enquêteurs de la police judiciaire fédérale (PJF) et de l’OCRC (Office central de la répression de la corruption) dans le cadre du dossier pénal lié aux rémunérations de l’ancien management de Nethys. L’instruction est menée par le magistrat instructeur liégeois Frédéric Frenay, spécialisé dans les matières Ecofin.

«M. Fornieri est uniquement entendu dans le cadre de l’affaire Nethys», avaient indiqué mercredi ses avocats, Mes Georges-Albert Dal, Marc Dal et Philippe Culot. «Tel est aussi le cas d’autres anciens administrateurs de Nethys. Ces auditions s’inscrivent dans la suite normale de l’enquête. Comme il s’est toujours attaché à le faire, M. Fornieri veille à apporter tous les éléments utiles à l’enquête. Il regrette une nouvelle fois la publicité donnée à des devoirs d’enquête couverts par le secret de l’instruction.»

Pour rappel, c’est le 22 mai 2018 que le comité de rémunération de Nethys, composé de l’homme d’affaires François Fornieri (président), de Pierre Meyers et de Jacques Tison, validait le principe d’indemnités de départ octroyées aux anciens dirigeants de Nethys. Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer sont partis avec 15 millions d’euros.

 

Mithra nomme un CEO ad interim

Le conseil d’administration de Mithra s’est réuni ce jeudi soir et a pris acte de la mise sous mandat d’arrêt du CEO François Fornieri. Le CA a décidé de confier la fonction de CEO ad interim à Christophe Maréchal, qui occupe la fonction de Chief Financial Officer (CFO) chez Mithra depuis 2017.

Le conseil d’administration de la société biotech belge se dit convaincu que la poursuite des activités opérationnelles de l’entreprise «se déroulera de manière optimale» avec la nomination de M. Maréchal.

La société est cotée à la bourse de Bruxelles.

 

Né à Ougrée d’une famille issue de l’immigration italienne, en avril 1962, Francesco n’était pas vraiment prédestiné à devenir un homme d’affaires à succès à la tête d’une fortune estimée à environ 250-300 millions. Si son père est contremaître à Cockerill, à quelques encablures du stade Dufrasne, François, lui, suit une autre voie. Il commence sa carrière dans le secteur pharmaceutique comme délégué médical chez le géant Sanofi. Puis, il passe chez Bayer-Shering, pour s’occuper du secteur féminin. «Mais on ne me laissait pas assez de place pour mes projets», racontera-t-il plus tard, pour expliquer pourquoi il prend les commandes de Mithra, qui se spécialisera dans les produits de contraception générique.

François Fornieri passera devant la chambre du conseil dans les cinq jours. Celle-ci devra décider de son maintien ou non en détention préventive.

Pierre Meyers (ancien président du CA) et Jacques Tison (ex-administrateur et membre du comité de rémunération) ont également été entendus par les enquêteurs, mais on ignore s’ils ont été inculpés.

 

Ses avocats demanderont sa remise en liberté

Les avocats du CEO de Mithra n’ont pas tardé à réagir par voie de communiqué. Ils indiquent que durant deux jours, François Fornieri «a été longuement entendu par la police judiciaire au sujet de la rémunération de certains managers de Nethys à l’époque où il exerçait une fonction d’administrateur au sein de cette société». «Il n’a jamais été le bénéficiaire de ces rémunérations», soulignent-ils.

Toujours d’après les avocats de l’ex-président du comité de rémunération de Nethys, l’homme a apporté lors de son audition «toutes les explications utiles et nécessaires aux enquêteurs, en s’appuyant sur de nombreuses pièces et notes qui leur ont été communiquées». Selon les avocats, la privation de liberté de M. Fornieri survient en raison de l’audition prochaine d’autres parties impliquées dans le dossier. L’homme d’affaires liégeois a «toujours clamé avoir agi dans le strict respect de la loi et dans l’intérêt de la société dont il était administrateur», ajoutent-ils.

Le CEO de Mithra devrait comparaître mardi prochain devant la chambre du conseil qui décidera de son maintien en détention ou pas. Les avocats de François Fornieri précisent qu’il «demandera la levée de ce mandat d’arrêt dont il conteste la motivation». D’après eux, cette privation de liberté serait motivée par les réactions de la presse et du public.