BRUXELLES

Propos racistes tenus par deux policières: le cdH demande de la clarté et des sanctions

Propos racistes tenus par deux policières: le cdH demande de la clarté et des sanctions

Image d’illustration EdA - Florent Marot

Des propos racistes auraient été tenus, en 2018, par deux policières de la zone de police Midi toujours en service aujourd’hui, relate jeudi la DH. «Toute la lumière doit être faite sur cette affaire et des sanctions doivent être prises», plaide le cdH dans un communiqué.

Selon la DH, une seule de ces policières a fait l’objet d’une procédure devant le Conseil d’Etat; une procédure annulée car la proposition de sanction a été notifiée trois jours trop tard.

«Ce sont des faits d’une gravité extrême qui sont relatés. Je demande que cette affaire soit mise à l’ordre du jour de notre prochain conseil de police lundi prochain pour que nous puissions faire toute la transparence et envisager des sanctions», souligne Sofia Bennani (cdH), conseillère de police dans la zone Midi.

Le député humaniste au Parlement bruxellois Pierre Kompany souhaite quant à lui convoquer en urgence la commission Intérieur de l’assemblée régionale. «Trop de faits de racisme sont relatés dans le chef de certains policiers. Après l’affaire Ibrahima et au vu des émeutes qui ont eu lieu, il y a clairement une rupture de confiance envers la police. Il nous faut à tout prix la restaurer et le dialogue est une voie essentielle», estime-t-il.