BRUXELLES

Incendie à Bozar: l’orgue monumental malheureusement touché par les dégâts des eaux

C’est ce qu’on craignait: l’orgue monumental de la salle Henry Le Bœuf a subi des dégâts des eaux suite à l’incendie de toiture du palais des Beaux-Arts ce 18 janvier.

La salle Henry Le Bœuf de Bozar et son orgue monumental ont été endommagés par les travaux d’arrosage nécessaires pour maîtriser le feu de toiture qui s’est déclaré ce lundi 18 janvier après-midi au palais des Beaux-Arts de Bruxelles, a indiqué mardi la Régie des bâtiments à Belga, confirmant une information de Bruzz.

«À l’intérieur du bâtiment, c’est surtout la salle Henry Le Bœuf qui a souffert. Ses balcons sont endommagés, tout comme l’orgue qu’elle abrite. Ailleurs, le plafonnage s’est détaché dans plusieurs espaces d’exposition. Mais les verrières ont généralement bien résisté», a exposé Johan Vanderborght, porte-parole de la Régie. L’orgue des Beaux-Arts est un des derniers instruments monumentaux de son espèce à Bruxelles et en Belgique. Il avait été rénové durant des décennies avant de résonner à nouveau en 2017.

 

 

Incendie à Bozar: l’orgue monumental malheureusement touché par les dégâts des eaux
Pompiers de Bruxelles

Incendie à Bozar: l’orgue monumental malheureusement touché par les dégâts des eaux
Pompiers de Bruxelles
Une équipe de la Régie des bâtiments s’est rendue sur place mardi matin, accompagnée de techniciens de Bozar et d’un entrepreneur afin d’établir les premières constatations en matière de stabilité et de sécurité du bâtiment, ainsi que les réparations à prévoir.

«Nous avons deux priorités: la sécurité des personnes qui travaillent au sein du bâtiment et la prise de mesures préventives», a pointé Johan Vanderborght. «Les gouttières ont été sectionnées durant l’intervention des pompiers. L’écoulement de l’eau ne peut donc pas se faire normalement, alors que l’on prévoit du mauvais temps. Nous voulons dès lors limiter autant que possible les dégâts des eaux.»

 

 

Sur des images vidéo partagées par les pompiers (ci-dessus), l’on peut voir comment l’eau s’infiltre et traverse le plafond pendant les travaux d’extinction et ruisselle sur le sol. Des pompes sont actuellement à l’œuvre pour évacuer l’eau. L’entrepreneur descendu sur place étudie également différentes solutions pour empêcher de nouvelles infiltrations d’eau.

Bozar restera fermé au moins jusqu’au 25 janvier inclus.