BELGIQUE

Fedex veut supprimer 671 emplois dans son hub aérien de Liège

Fedex veut supprimer 671 emplois dans son hub aérien de Liège

Fedex emploie notamment quelque 1.700 travailleurs à Liège. BELGA

Le transporteur américain Fedex a l’intention de supprimer 671 emplois dans son hub aérien de Liège, a confirmé mardi l’entreprise dans un communiqué.

Le plan entraînerait en outre une modification des horaires et du nombre d’heures de travail pour 861 autres membres du personnel du site liégeois.

L’objectif de l’entreprise est de «redimensionner ses effectifs européens à l’approche de la finalisation de l’intégration du réseau TNT», acquis en 2016.

«Des propositions visant à remédier à la duplication des emplois, résultant de l’exploitation des deux vastes réseaux européens qui connectent des zones géographiques similaires, ont été présentées (mardi) aux représentants des salariés européens et aux équipes», explique Fedex.

L’impact global sur les effectifs sera de 5.500 à 6.300 personnes dans les équipes opérationnelles et dans des fonctions supports, selon le transporteur.

La «proposition» prévoit que Liège fonctionnerait comme un hub secondaire en Europe centrale, Roissy-Charles De Gaulle constituant le principal.

Selon les syndicats, cette situation serait liée au fait que Fedex «a échoué dans sa mission d’achat de terrains en vue d’agrandir le hub liégeois. Des terrains qui sont désormais destinés à Alibaba».

Phase 1 de la procédure Renault en février

Fedex a l’intention de procéder, en Cité ardente, à un licenciement collectif tel que prévu par la loi Renault. Ce qui entraînerait une réduction des effectifs de 671 emplois et une modification des horaires et du nombre d’heures de travail pour 861 autres membres du personnel.

Pour les travailleurs, c’est la douche froide. «On s’attendait à une restructuration mais pas à une telle annonce. Les travailleurs sont dégoûtés et d’après ce qui me revient, certains étaient décidés à abandonner leur poste. Il y aura très certainement des réactions», précise Anne-Marie Dierckx, secrétaire permanente CNE.

Alors que la direction souhaitait lancer la phase 1 de la procédure Renault fin janvier, l’échéance a été reportée au courant de février à la demande des organisations syndicales, afin que celles-ci puissent se concerter entre elles et avec les travailleurs.

La direction envisage de boucler la procédure au printemps 2022.

 

Quarante-sept emplois menacés à Zaventem

Outre son hub aérien à Liège, le transporteur américain FedEx a l’intention de restructurer aussi ses activités à Zaventem, où 47 emplois sont menacés, selon le syndicat libéral. La direction a confirmé, mardi après-midi auprès de l’agence Belga, que le site de Liège ne serait pas le seul touché, mais sans donner davantage de précision.

Selon le syndicat libéral, les emplois en danger à Zaventem sont exclusivement administratifs.