ASSISES LIÈGE

Début du premier procès d’assises délocalisé au Palais des Congrès de Liège

L’accusé, qui était âgé de 16 ans à l’époque, aurait poussé la victime du toit de l’ancienne dentisterie de l’hôpital de Bavière à Liège.BELGA

La cour d’assises de Liège a entamé lundi le procès de H.D., un Liégeois âgé de 20 ans accusé d’avoir commis un meurtre pour faciliter le vol lorsqu’il était âgé de 16 ans.

Le procès, délocalisé dans une salle du Palais des Congrès de Liège en raison de la crise sanitaire, a débuté par la lecture de l’acte d’accusation et l’énoncé de la longue liste des faits reprochés à l’accusé.

Les jurés de la cour d’assises de Liège ont découvert lundi matin les installations dans lesquelles ils siégeront durant les trois semaines du procès qui se déroule pour la première fois à l’extérieur des murs du Palais de Justice. Au Palais des Congrès, les débats se tiennent dans l’auditoire de la salle Reine Élisabeth. Plusieurs autres salles ont également été aménagées pour permettre aux membres de la cour, du ministère public et du jury ainsi qu’aux avocats de disposer d’un espace réservé.

L’avocate générale Pascale Schils a entamé la lecture de son acte d’accusation, détaillant l’ensemble des faits reprochés à l’accusé. Le ministère public a notamment exposé aux jurés des particularités du dossier de l’accusé, notamment les faits survenus durant sa jeunesse et l’échec de différentes mesures éducatives.

A-t-il poussé le revendeur de drogues du toit?

L’accusé doit répondre du meurtre, commis pour faciliter le vol, de Galaad Titeux, un Liégeois âgé de 18 ans. Alors âgé de 16 ans, H.D. aurait poussé la victime du toit de l’ancienne dentisterie de l’hôpital de Bavière à Liège, situé à 27 mètres de haut. Il est suspecté d’avoir tué ce revendeur de drogue pour lui voler une somme de 950 euros.

H.D. est également accusé d’avoir violé en avril 2017 une fille âgée de 16 ans. L’accusé doit aussi répondre de nombreux autres faits commis entre mai et décembre 2017: prise d’otage, extorsions, vol à main armée, vol avec violences, tentative de cambriolage ou encore destructions commises dans un centre psychiatrique. Il est enfin accusé de rébellion contre un assistant de sécurité lors d’un transfert dans un centre IPPJ.

Né en Irak, H.D. est décrit comme réfractaire, violent et bagarreur. Au premier jour de sa majorité, il avait été transféré dans une prison pour adultes en raison de son comportement violent. Il présente une personnalité psychopathique, avec des risques d’escalade dans la criminalité et de récidive très élevés. Il présenterait aussi une maladie mentale et une importante dangerosité. Certains professionnels l’ont qualifié de «véritable bombe à retardement».