ABSENCE DU SPORT

Les méfaits de l’absence de sport

Les méfaits de l’absence de sport

Les ados ont besoin de bouger, une question de santé et valeurs. JackF – Fotolia

L’absence totale d’activité physique chez les plus jeunes est d’ores et déjà considérée comme une catastrophe par les professionnels de la santé.

Les adolescents sont à l’arrêt, sportivement parlant. Finies, les activités extrascolaires. Finis, les entraînements des différents clubs sportifs pour les jeunes de plus de 12 ans. Finis, les cours d’éducation physique assurés à l’école, excepté pour les étudiants en options sportives.

Pour ces ados, les temps sont durs. Les cours se donnent à mi-temps derrière un ordinateur et peu nombreux sont ceux qui «bougent» encore. Une véritable catastrophe selon les professionnels de la santé, qu’elle soit mentale ou physique.

Équilibre psychologique bafoué

« Les bienfaits d’une activité physique et sportive sur la santé mentale ne sont plus à démontrer. Les recherches montrent qu’une activité physique régulière a des effets positifs sur des problématiques comme la dépression, l’anxiété ou la fatigue. Elle permet également d’augmenter la qualité du sommeil et de réduire la fatigue, ce qui n’est pas négligeable dans la perspective des apprentissages. Mais il y a également une grosse relation entre la pratique sportive et le développement de l’estime de soi», précise Christophe Masson, psychologue du sport et lui-même sportif. C’est sans parler des valeurs qui se transmettent grâce à l’activité physique, comme des valeurs sociales, de respect, de fair-play, d’audace et de dépassement de soi, qui ne sont plus développées chez les jeunes depuis pratiquement une année complète maintenant. « L’adolescence est aussi un âge où l’on construit son identité au travers de la relation avec ses pairs. On prend distance avec les valeurs familiales et on développe d’autres postures, d’autres regards, au contact des copains. Malheureusement, la sphère sociale des jeunes est très limitée, entre l’école – quand ils s’y rendent encore vu l’enseignement à distance proposé à mi-temps – et les parents».

Fait pour bouger

Et d’un point de vue physique? Il est temps de se remettre à bouger, même si on est contraint de le faire seul, à la maison, pour le moment. « L’être humain est fait pour bouger, encore plus quand il est en pleine croissance, ajoute Dimitri Piraux, kinésithérapeute au Centre Monthera à Malonne, ancien joueur de Ligue A et maintenant coach au plus haut niveau belge. C’est important de respecter une certaine hygiène de vie, des heures de sommeil à l’alimentation en mangeant sainement, évitant les grignotages entre les repas, et de bouger pour éliminer tout cela, d’un point de vue cardiaque, musculaire, tendineux, articulaire et même nerveux, car l’APS permet de décharger beaucoup de choses».

Les sportifs en herbe doivent se reprendre en main, seuls ou avec l’aide de leurs parents. Au programme, la natation, puisque les piscines sont ouvertes, la marche ou la course à pied, puisqu’il suffit d’enfiler un short et des baskets, le vélo ou encore les exercices à la maison. « Mais là aussi, il faut faire attention et ne pas suivre les conseils de n’importe qui entre les pseudos coaches et les professionnels de la santé», clôture le kiné.